Avertir le modérateur

08/06/2007

Accoyer : courage, rectifions !

medium_rat.jpg

On en connaît qui ne devraient pas tarder à pèter une durite, à l'UMP.

Des qui se rendent compte que ce n'est pas si facile de faire partie d'une majorité présidentielle. 

 

Même : on les plaindrait presque, tous ces barons de la droite écartelés entre leur envie de se faire entendre, de compter encore, et leur peur panique de se retrouver dans le collimateur du petit timonier.

 

Faut comprendre. S'exprimer et se singulariser sans dévier de la ligne d'un barreur en chef qui ne supporte aucun coup de rame de travers est un équilibre presque impossible. Surtout si le meneur de revue, baskets au pied, ne pense qu'à bondir partout, enchaînant sprints, entrechats et virevoltes.

De quoi devenir chèvre. Au minimum.

 

A moins de s'en tenir à une règle aussi simple qu'essentielle.

Tout bête : ne jamais s'exprimer avant que le chef n'ait donné son avis.

En aucun cas !

Pas un mot. Chut. 

Un principe que n'avait pas bien saisi Eric Woerth. Le brave homme, qui a sans doute laissé son titre de ministre du Budget lui monter à la tête (le bougre n'a pas l'habitude), avait pensé pouvoir donner son sentiment sur les intérêts d'emprunt immobilier. En prems, hein.

Ça n'a pas duré : retour niniche, la queue basse.

 

Une erreur aussi commise par Brice Hortefeux, pourtant ami de 30 ans du jogger d'élite et habitué à ses ruptures de rythme. Le 13 mai, le futur promu au ministère des Bons-français-qui-peuvent-montrer-patte-blanche s'était cru autorisé à se prononcer pour une brin de proportionnelle aux législatives. En prems, hein.

Ça n'a pas duré : retour chez maman, après une grosse colère du petit teigneux. Et zou : un maroquin de ministre de l'intérieur qui vous passe sous le nez (maintenu au gouvernement, Brice s'en est pourtant bien sorti).

 

A l'UMP, la leçon n'a pas été perdue pour tout le monde. Lancé dans la course au perchoir, à l'affût de l'appui présidentiel, Bernard Accoyer, pour quelques jours encore président du groupe parlementaire UMP, pensait le terrain déblayé.

 

Déminé.                    

 

En tout cas, assez sûr pour qu'il se permette cette tribune publiée hier, au petit matin, sur le site Rue 89 (qui ne cesse décidement d'enchaîner les jolis coups). Confiant, Nanard y explique que la proportionnelle pas beau méchant.

"La proportionnelle, si elle paraît séduisante pour son ouverture à de nombreuses sensibilités, porte en elle le risque de confusion et de paralysie des institutions démocratiques, en empêchant les électeurs de désigner clairement leurs gouvernants", développe le député, certain de jouer sur du velours.

"Ainsi, la proportionnelle à forte ou à faible dose, loin de rapprocher les Français de leurs élus, creuserait encore davantage le fossé préjudiciable à notre démocratie, que le personnel politique n’a pas su empêcher", conclut Nanard, toutes voiles dehors.

 

 Serein, quoi.

medium_serein.jpg

 

Sauf que.

Le même jour, Le Figaro publie une interview du très petit père des peuples.

 

Et ?

 

Tenez-vous bien : le président du Soviet suprême, décidement plus rigolo que ce que l'on imaginait, s'y déclare favorable à un chouia de proportionnelle aux législatives.

 

Contrepied, jeu, set et match.      

Un coup d'antholgie.

 

Panique chez Accoyer. Sueurs froides et bourses qui se rétractent à la pensée du perchoir qui s'envole. Ni une ni deux, le bougre envoie un rectificatif quatre heures plus tard à Rue 89.

Et tente de revenir en trois phrases abscontes, mais sans trop se contredire, sur son joli communiqué.

"Dans le cadre du débat sur l’ouverture, décidé par le Président de la République, Nicolas Sarkozy, la concertation doit être la plus large possible sur ce thème et toutes les pistes être sérieusement étudiées", écrit-il notamment en tremblant.

 

L'air con. 

Quand on vous disait qu'on les plaindrait presque, les barons de la droite.

Vont tomber comme des mouches, à force d'essayer de suivre le rythme.

medium_Peloton.jpg

Nous reste qu'à compter les points.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu