Avertir le modérateur

17/06/2007

Elections : les flics bordelais (un peu) en avance

 
medium_flic_2.jpg



C'est balot.



A force d'entendre parler de vague bleue, les flics bordelais ont fini par s'emmêler les matraques.


Et pas qu'un peu : les cons se sont carrément trompé de semaine.


Les gardiens de la paix se voyaient déjà dans celle qui court du 18 au 24 juin. Soit du lendemain de la proclamation des pleins pouvoirs au dimanche (de la France) d'après.

 

Alors que pas du tout.



L'erreur est dûe à une “bête défaillance humaine”, précise le ministère de l'Intérieur.

"La préposée au calendrier a tout simplement tourné deux pages au lieu d'une seule, poursuit le communiqué. Le calendrier, un modèle grand format de l'Almanach Vermot, étant affiché dans le hall du commissariat central, les forces de l'ordre bordelaises ont perdu leurs repères."

Une confusion qui "met en avant l'insuffisance des moyens dont bénéficient les policiers, à Bordeaux comme dans toute la France, pour assurer leur mission de gardiens de la paix", pointent les syndicats de la profession. Et d'appeler la nouvelle majorité à "mettre le paquet, en hommes et en matériel, pour que les commissariats de la République soient équipés au plus vite de calendriers automatisés".

 

Cette banale histoire de dates serait passée totalement inaperçue si quelques médias n'avaient cru bon de mentionner que les suspects tombaient comme des mouches décédaient quand même beaucoup cette semaine au commissariat central de Bordeaux.

Mardi après-midi, un Marocain en situation irrégulière de 27 ans était retrouvé pendu dans les douches du centre de rétention administrative, situé au sous-sol du commissariat.

Vendredi au petit matin, un homme, arrêté la veille en état d'ébriété sur la voie publique, ne se réveillait plus dans une cellule de dégrisement de ce même commissariat.

 

Deux morts en trois jours : pas mal pour une semaine pré-électorale.

"C'est justement ce qui aurait pu poser problème, explique sous couvert de l'anonymat un policier bordelais. Comme nous pensions les 400 députés du Parti unique élus et la France définitivement aux mains de Nicolas Sarkozy, nous avons commencé à mettre en oeuvre le rétablissement de l'ordre et de la morale : plus de pitié pour les ivrognes et les clandestins."

"Sur ce coup, nous nous sommes un peu emballés, poursuit le même. L'erreur aurait pu être très gênante si la semaine avait vu un retournement de situation au profit du PS."

Ce qui était quand même peu probable…

 

"Finalement, nous avons juste pris un peu d'avance", conclut le policier, rigolard.

Oui : tout est bien qui finit bien.

Commentaires

Merci rezo.
Grâce à toi, le monde entier (dont moi) sait que le charançon est libéré.
Et c'est tant mieux.

Écrit par : Claudius | 18/06/2007

Hehe, tu as parle trop vite concernant le retournement de situation au profit du PS...

Écrit par : Louison | 18/06/2007

Et oui

Mais en même temps : qui aurait pu prévoir ?

Écrit par : jbb | 18/06/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu