Avertir le modérateur

23/06/2007

Justice : chouette, le service minimum est déjà en place

medium_maillet.jpg

 

Alors là : respect.

Quelle efficacité !

A peine Nicolas Sarkozy a t-il eu le temps de clarifier sa vision du service minimum, alors que la garde des sceaux n'a pas encore eu celui d'exprimer son souhait d'une "justice qui réponde vite et dans des termes compréhensibles par tous", que déjà les magistrats messins se mettent à la page.

 

C'est le Républicain Lorrain qui raconte l'histoire en ses pages région de l'édition du 22 juin (article non disponible en ligne).

Deux journalistes y décrivent la réaction de quelques magistrats du tribunal correctionnel au mouvement de protestation des avocats du barreau de Metz, en "grève illimitée" pour protester contre la réforme de la carte judiciaire.

Et le moins que l'on puisse dire est que ces juges ne se sont pas embarrassés de scrupules inutiles.

 

Reprenons. 

Jeudi, palais de justice de Metz.

Les avocats du barreau de la capitale mosellane, soutenus par une partie des professionnels de justice et par quelques élus, bloquent l'accès au tribunal.

Pensant naïvement gripper ainsi la machine judiciaire.

Et ?

Et ben non.

Ils ont rien bloqué du tout, en fait.

 

C'est que les juges ont de la ressource.

On leur interdit l'accès au palais de justice ?

Pas grave : ils siègent ailleurs, dans l'une des salles du tribunal des prud'hommes, "à huis-clos et sans robe" .

En cachette, quoi.

Les avocats refusent de plaider ?

Pas grave : deux ados mis en cause, ainsi que quelques prévenus majeurs, s'en passeront.

Des avocats s'indignent-ils après-coup de cette justice "pire qu'un tribunal militaire" ?

Le procureur leur répond qu'il s'agit d'abord "d'assurer la continuité du service public".

C'est pourtant simple, assure le même : "Un cas de force majeur ne doit pas arrêter le cours de la justice".

 

Alors là : bravo.

La grande classe.

medium_applaudissements.jpg

 

Et la preuve d'une réelle confiance des juges dans la politique gouvernementale.  

Que des magistrats se prêtent ainsi à de tels simulacres de justice doit réchauffer le petit coeur de Rachida Dati, lancée à grande vitesse dans "la politique de fermeté que les Français attendent".

Que les mêmes aient un si joli souci de "la continuité du service public" qu'ils seraient prêts à tenir audience dans un Mac-Do ne peut qu'arracher des sourires attendris au chefaillon suprême, d'abord préoccuppé de la mise en place du service minimum.

N'est-ce pas ?

 

Quant aux avocats en grève, je serais eux, je me méfierais.

D'ici à ce que ces sales gauchistes se retrouvent en cours martiale pour entrave au fonctionnement de la justice, il n'y a qu'un pas.

Un tout petit pas.

Pas de quoi effrayer les magistrats messins.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu