Avertir le modérateur

24/06/2007

Laïcité : Sarkozy et Benoît XVI s'envoient des petits mots doux

medium_cardinal_richard_et_Mgr_23_reçus_à_Elysée_le_16_mai_pour_investiture_de_Sarko.jpg

 

Faudrait pas croire qu'il n'est que sportif, notre joggeur en chef.

Qu'il n'est qu'un fonceur sans cervelle, un homme plus habile à tricoter des baskets qu'à se plonger dans les méandres de la condition humaine.

Non. 

Ouhlala : pas du tout, même.

 

La preuve : entre deux joggings, Nicolas Sarkozy aime bien s'isoler un peu.

A l'écart, il délace ses chaussures neuves, s'agenouille et médite à sa lourde tâche de guide du peuple français.

Et quand il lui arrive de douter, pris d'effroi à la pensée de si lourdes responsabilités, l'imperator trouve refuge dans la foi.

Juste un petit tête-à-tête avec Dieu, quoi.

medium_prier.jpg

 

Rien de neuf sous le soleil : de sa foi, Nicolas Sarkozy n'a jamais fait mystère.

Plutôt le contraire, même.

Dans La Religion, la République, l'espérance, ouvrage paru voilà trois ans, celui qui aimerait "toiletter la loi de séparation de l'église et de l'Etat de 1905" écrivait que "la dimension morale est plus solide, plus enracinée lorsqu’elle procède d’une démarche spirituelle, religieuse, plutôt que lorsqu’elle cherche sa source dans le débat politique ou dans le modèle républicain." Un truc juste bon à exciter ces salopards de bouffeurs de curé.

medium_bouquin_de_sarko.jpg

Dans le même style, le sergent-major déclarait en avril dernier à Famille Chrétienne que "le christianisme participe de manière essentielle à l'identité nationale".

 

Bref, la foi, la religion, Dieu, la morale, l'identité nationale… tout ça quoi.

 

Mais pas seulement.

Des fois aussi, le caporal-chef prend la plume, histoire d'échanger un peu avec les autres guides de par le monde, seuls à même de comprendre son fardeau.

Rien de très extraordinaire : une carte postale vite fait et voilà.

Pas de quoi en faire tout un plat.

Pour vous dire, la dernière, c'était à Benoît XVI.

Oui, oui : ce modèle incarné de pape éclairé, celui que les mauvaises langues surnomment Panzerdivision pour sa propension innée à instiller de la modernité dans la pratique de la religion.

Le même qui a récemment rappellé l'hostilité de l'Eglise au préservatif, envisage de béatifier Pie XII et va publier incessament sous peu le Motu Proprio, document libéralisant la célébration de la messe en latin sous les applaudissements des excités du culte réac.

medium_ben.jpg

Un démocrate, quoi.

Et entre démocrates, on se comprend…

 

Notre bien-aimé président a donc pris son plus beau bic pour envoyer un petit mot à ce bon Benoît XVI, histoire de répondre au traditionnel message de félicitation de Panzerdivision pour son élection.

Un truc comme ça ?

"Salut Ben. J'espère que ça va bien chez toi. Merci pour ton message, il nous a fait très plaisir, à Cécilia et à moi. Passe donc boire un coup à la maison à l'Elysée à l'occasion, ça sera sympa."

Non, pas tout à fait comme ça.

C'était un peu plus qu'un petit mot, en fait. Plutôt une "lettre substantielle et longue", explique La Croix, qui met en avant son caractère très "rare".

Une attention inhabituelle au regard des traditions diplomatiques en la matière. Et un geste auquel ce bon papounet aurait "été très sensible".

Tu m'étonnes…

 

Bon, vous allez être déçu : pas moyen de la lire, cette lettre, top secret, rauss !

Mais la journaliste de La Croix qui l'a eu sous les yeux assure que la missive évoquait surtout, en sus de la question des otages et du sort des minorités chrétiennes, celle de "la spiritualité en Europe".

 

Ouf.

Voilà qui nous rassure.

On est con : on s'imaginait déjà le tambour-major prenant des engagements inconsidérés sur des thèmes aussi essentiels que la laïcité, le modèle familial ou la mise en avant des valeurs chrétiennes…

Le genre de promesses qui pourraient procurer un violent orgasme à Christine Boutin.

Faut dire que la ministre du Logement et de la Ville en avait déjà eu un fameux quand son mentor présidentiel avait mentionné les racines chrétiennes : "C’est la première fois depuis longtemps qu’un homme politique de premier plan affirme que la religion a valeur de civilisation", avait éructé la militante anti-avortement.

Le genre d'engagements propres aussi à expliquer les gémissements de plaisirs à répétition qu'ont poussé quelques représentants du Vatican depuis l'élection du très saint (petit) père du peuple.

Dont les râles énamourés du cardinal Jean-Louis Tauran. Dans une récente interview au quotidien de la Conférence épiscopale italienne, l'archiviste du Vatican note ainsi benoîtement que "Sarkozy a d’une certaine façon préfiguré la possibilité de retoucher la fameuse loi de 1905, qui a sanctionné la séparation de l’Eglise et de l’Etat, pour rendre possible un financement direct des grandes religions par l’Etat, en rompant un autre tabou de la politique française".

Il déclare aussi, plein d'espoir : "On verra maintenant comment il se comportera en tant que président de la République."

 

Ouais.

Nous aussi, on se demande.

 

On se demande aussi comment le père de la loi de 1905 n'a pas encore renversé son cercueil à force de se retourner dans sa tombe.

Ça va, Emile, tu tiens le coup ?

medium_emile_combes.jpg

Commentaires

Quelle superficialité ! Si ca se veut comique, on est prêt à rire un peu. Si ca se veut intelligent, c'est raté. Si ca se veut méchant, y a de l'idée. A bon entendeur salut.

Écrit par : Fred | 24/06/2007

Eh bien moi je trouve ce post excellent. Aux moments où les jumeaux grenouilles de bénitiers ultraréacs de Pologne vont tout faire pour ramener l'Europe à ses pseudo racines chrétiennes, avec la bénédiction de Tony Blair, nouveau venu dans la secte vaticiane, on a intérêt à ce type de vigie.

Écrit par : valdo lydeker | 24/06/2007

Excellent oui ! Je n'avais pas prêté attention au caractère religieux de Sarko, et voila une piqure de rappel bien venue qui nous incite à la vigilance !

Écrit par : Spyro | 24/06/2007

Valdo et Spyro : c'est cool.

Et effectivement, c'est étrange de voir ce retour de politiques européens se revendiquant catho. Mais que va faire Blair dans cette galère ?

Fred : euh.... tant pis ?

Écrit par : Le Charançon Libéré | 24/06/2007

Beaucoup du style, j'adore!

Écrit par : Nicolas M. | 24/06/2007

@Le Charançon libéré

Que va faire Blair dans cette galère.

Très simple: plus cagot que Blair tu meurs. Bush à côté, c'est un athée. D'ailleurs, on parle de la conversion de Blair au catholicisme. Passer de l'anglicisme au catholicisme: quel beau progrès !

La célèbre phrase "la religion est l'opium du peuple" est, malheureusement toujours valable. Même s'il s'est rajouté d'autres opiums entre temps: sport spectacle, TF1, etc.

Écrit par : Julot | 24/06/2007

très bon article les amitiés entre sarko et benoit treize et trois ne m'étonnent pas.

Écrit par : dd | 24/06/2007

Malgré certains désaccords de fond, je vous trouve très drôle ! Vous avez de l'humour...

Mais pourquoi aimez-vous autant taper sur l'Eglise ? Au pire, ignorez-la, elle n'a quasiment aucune influence en France (et presque aucune en Europe). Bon, je sais, vous êtes assez bouffeur de curés ! Mais une fois de temps en temps, peut-être.......

Quant à Sarkozy, ses sauts de cabri en font tantôt un spirituel, tant un matérialiste de premier plan. Il joue avec les influences, avec les tendances, avec les courants. C'est un manipulateur un peu plus habile, rien d'autre. Il ne fera pas longtemps illusion. Et tant mieux !

Écrit par : Pierre G. | 24/06/2007

Bonsoir monsieur Gelin

Vous revoilà ? (pour ceux qui voudraient suivre, voir les commentaires de : http://lecharenconlibere.20minutes-blogs.fr/archive/2007/06/06/pie-xii-pendant-la-guerre-j-ai-failli-sauver-des-juifs-si-si.html)

Il faut que je vous avoue : si tous les prosélythes chrétiens vous ressemblaient, je serais bien emmerdé. C'est que vos remarques restent toujours aimables et mesurées, sympathiques au fond.

Je partage évidement votre analyse d'un Sarkozy d'abord manipulateur et qui ne fera pas illusion. Mais je ne suis pas sûr, et de loin, que c'est sur la religion qu'il soit le plus versatile. Au contraire : je le vois sur ce point assez constant ; d'ailleurs, son discours n'a pas beaucoup varié en la matière.

Taper sur l'église ? Allons donc… Soit : je n'aime aucune de ces structures d'embrigadement, qu'elles soient religieuses ou politiques. Et surtout pas quand elles traînent un passé comme celui de l'église catholique (non plus qu'un présent qui voit les papes successifs, avec un bel ensemble, recommander aux croyants du continent le plus touché par le sida de ne pas user de préservatifs. Pour moi, c'est là un crime contre l'humanité).

Mais dans ce post-ci, détrompez-vous : il ne s'agit pas de taper sur l'église, mais bien sur Sarkozy. Soit sur la mise en avant de sa foi par le président d'une République supposée laïque, sur un fond de commerce moraliste et traditionnaliste s'appuyant sur des convictions religieuses bien ancrées, sur une tendance communautariste, sur une remise en cause de la laïcité, etc…

Je note évidement, car j'y suis allé, la documentation et l'intelligence du blog auquel vous participez (http://www.pie12.com/). Mais je reste toujours aussi sceptique sur le rôle si positif de Pie XII…
Par contre, je ne peux m'empêcher de noter que votre combat va de pair avec celui mené par une partie de l'église pour la béatification de ce pape si controversé.
Je constate d'ailleurs que tout un plan de communication a été monté sur ce point : http://www.juventutem.com/?page=35&PHPSESSID=e9fbd1a395b04cbfa77a392768b7da39

Je lis aussi, avec déplaisir, que vous intervenez régulièrement sur Radio Courtoisie. Malgré ce qu'en dit Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Radio_courtoisie) qui en fait la radio de toute la droite, du centre modéré à l'extrême-droite, cette antenne reste pour moi associée à des gens que je n'ai pas, mais alors pas du tout, en odeur de… sainteté (oui, facile).
Je ne veux pas vous faire de faux procès : on n'est pas fasciste parce qu'on intervient sur Radio Courtoisie. Mais avouez que ça la fout mal quand il s'agit de réhabiliter un pape que l'on prétend anti-nazi.




@ Julot : en effet, kif-kif, bourricot…

Écrit par : Le Charançon Libéré | 24/06/2007

L'église, toutes les églises, sans parler des sectes et des évangélistes ont une influence beaucoup plus considérable que leur empreinte médiatique assez invisible en fait. Il suffit de rappeler l'influence désastreuse de JP II en Afrique, les positions de l'institution sur le sida, le préservatif, etc. Bouffer du curé, non, ignorer l'église oui si l'institution n'était pas aussi nuisible....Tant qu'a Sarko il lui faut bien donner quelque chose à l'électorat conservateur et catho qui a massivement voté pour lui. Il ne met jamais les pieds à l'église

Écrit par : Alain Maronani | 25/06/2007

Je ne sais pas si cet article se veut comique, intelligent (de toute façon l'intelligence des autres se mesure l'aune de la sienne) ou méchant ...

en tout cas il est très pertinent.

Car on s'achemine bien, tout doucement, vers la remise en cause de la loi de 1905 de séparation des églises et de l'état.

On assiste en effet depuis quelques années à un grand retour en force du religieux et de l'église catholique en particulier (église catholique qui n'a jamais digéré cette fameuse loi, même si elle en a bien profité).
Il faut avoir la mauvaise foi chevillée au corps pour affirmer que l'église "n'a quasiment aucune influence en France (et presque aucune en Europe)". Faut il rappeler les exemples italiens (et le vote du "PACS"), polonais (les teletubbies), portugais (la dépénalisation de l'avortement), ou encore maltais et irlandais ? Sans parler du TCE et sa référence à l'héritage chrétien de notre civilisation ...
Quant à la France, elle n'est pas en reste : il n'y a qu'à écouter les évèques (celui d'Avignon en particulier : http://sundep.free.fr/article.php3?id_article=243) réclamant une "reprise en main" de l'enseignement privé catholique par une remise en cause de la Loi Debré de 1959 pour s'en convaincre.

Ce qu'il y a d'inquiétant, c'est que tout se déroule sous couvert "d'ouverture", de "tolérance" et de "modernisation" des rapports entre la société et les églises.
-Tolérance des opinions aux Etats Unis : Darwinisme et créationisme sont 2 "opinions" qui se valent ... Enseignons donc les 2 à l'école. Ben tiens !
-Tolérance envers toutes les réligions du "L"ivre en France. Création du CFCM (Conseil français du culte musulman) pour représenter les musulmans français et parler en leur nom (sans leur demander leur avis) comme le CRIJF le fait pour les juifs français. Reste à formaliser le même type de représentation pour les catholiques et on pourra s'adresser à l'ensemble (supposé) de la population par l'intermédiaire de ces 3 conseils "représentatifs".

La loi de 1905 nouvelle version sera alors une loi redessinant les frontières d'une laïcité qui se contentera de nous laisser un choix total de culte entre les 3 principaux et quelques autres plus exotiques mais qui n'auront pas la "présomption irréfragrable de la représentativité". Les représentants de ces 3 cultes deviendraient alors des "partenaires sociaux" au même titre que les 5 confédérations syndicales "représentatives". Bref, on va tout droit vers un pays de communautés imperméables les unes aux autres (car il n'y a pas plus intolérant, justement, qu'une religion puisque chaucune affirme détenir La Vérité) si on ne fait pas preuve d'un minimum de vigilance.

Écrit par : Mouton Rouge&Noir | 25/06/2007

Prions pour ce con, il n'y a plus que cela à faire !

Et souhaitons lui que personne ne saisisse la presse pour rire de lui comme lui même le fait pour les autres !

Écrit par : Isabelle020678 | 25/06/2007

Cher Monsieur Bernard,

Je ne vois pas pourquoi je m'acharnerai sur vous ! Que je sois catholique, que j'ai la Foi, ne m'empêche heureusement pas de faire usage de la raison et d'avoir... un peu d'humour !

Il est vrai que l'Eglise traîne un passé un peu lourd. Il est également vrai que, grâce à elle, nous bénéficions de nombreux avantages ! Le souci est que 2000 d'Histoire ne peuvent se résumer en 3mn de discussion par Internet. J'aimerais répondre à tout ce que vous dites (vous, Mouton Rouge&Noir...). L'Eglise renvoie à la fois à un trésor culturel inestimable et inégalé à ce jour, et à des blessures profondes qui suscitent violence, haine ou indifférence. Rare est le débat mesuré dans ce domaine.

Oui, j'ai monté tout un plan de communication car Pie XII sert de prétexte à une remise en cause de l'Eglise aujourd'hui. Qu'on ne soit pas d'accord avec l'Eglise, soit. Qu'on utilise des mensonges pour parvenir à ses fins me paraît scandaleux. Il convient d'abord d'être honnête. Le débat sur Pie XII doit être remis à sa juste place : les historiens sont là pour comprendre et non pour porter un jugement moral. Il y a une tribunalisation permanente de l'Histoire qui nuit à la qualité de l'exégèse... En soi, c'est déjà un long débat.

Oui, je suis favorable à la béatification de Pie XII, quoique que nous touchons ici un domaine de foi. Mais ce n'est pas le fruit d'un aveuglement fanatique de ma part. Cela fait plusieurs années que je lis tout ce qui paraît sur ce sujet (je désirais à l'origine comprendre comment on en était arrivé à la monstruosité de la Shoah) et c'est simplement une conclusion personnelle que je pose. Toutefois, je n'oeuvre pas pour sa béatification, mais simplement pour une plus grande rigueur et - osons le mot, même s'il peut parfois être dur - une recherche de la vérité historique.

Je comprends votre réaction concernant Radio courtoisie. Cette radio est une sorte d'auberge espagnole. Chaque patron d'émission invite qui veut, si bien que nous avons effectivement un ensemble assez éclectique. Le grand mérite que je reconnais à cette radio est celui du débat intelligent. C'est assez rare de nos jours. Rares sont en effet les émissions qui proposent une réflexion de qualité, indépendemment du fait que nous soyons d'accord ou non.

Enfin, sachez que je réponds aux sollicitations de ceux qui le demandent. Si demain "L'Humanité", "Libération" ou "Charly Hebdo" viennent me proposer une interview, j'accepterai avec joie. Le débat historique (et culturel en général) devrait être porté au-delà des opinions politiciennes à la petite semaine. Il ne devrait pas dépendre de l'opinion publique. Il ne devrait pas faire objet de loi. Bref, je m'en fous pas mal du clivage droite-gauche. L'important, c'est que la lumière soit faite lorsqu'elle peut jaillir.

Il faut être authentique. Que j'intervienne dans "L'Humanité" ou dans "Présent" ne fait pas de moi un communiste sanguinaire ni un nationaliste fascisant. Je pense que c'est cela : "être LIBRE", à l'heure où nous sommes tous rangés dans des cases étriquées et étouffantes. Et rien n'est à mon sens plus grand que notre liberté...

Je tiens à préciser que le terme de "conservateur", utilisé par un de vos lecteurs, n'a aucun sens dans l'Eglise. C'est un mot de journaliste, pas de catholique. Pour ma part, je n'ai pas voté pour M. Nicolas Sarkozy. Il n'a rien de religieux mais a très bien compris l'intérêt des religions (TOUTES les religions) dans le système prétendûment démocratique.

Bien à vous.

Écrit par : Pierre G. | 25/06/2007

P.S. : Prosélyte, moi ? Allons bon cher Monsieur Bernard, vous vous méprenez... Si vous me prêtez des intentions de vous convaincre, alors vous seriez vous-même le prosélyte car est ainsi nommé celui qui est la cible du prosélytisme !

Mais je vous l'accorde, c'est une erreur classique en français.

Écrit par : Pierre G. | 25/06/2007

Vous traitez avec une jolie ironie un sujet qui mérite qu'on s'y attarde. Je vous renvois immdestement uà l'un de mes articles : http://www.betapolitique.fr/spip.php?article0414

La question est grave, vraiment.

Raphaël Anglade (qui se permettra, si vous l'autorisez, de citer votre papier sur Betapolitique)

Écrit par : Anglade | 25/06/2007

Bof. Article trop partisan. Vous dénoncez le religieux pour dénoncer le religieux. Mieux aurait été d'argumenter davantage. En soi on ne peut pas dire que le fait que le Président soit catholique est condamnable, qu'il écivé au Pape encore moins. Par exemple c'est le Pape qui a sans cesse rappeler le nom du darfour à la communauté internationale. Vous menez une lutte idéologique mais il y a bien longtemps que les religions sont passées à une lutte de terrain.

Écrit par : Mala | 25/06/2007

ça me rappelle la phrase de Hollande : "les religions n'ont pas de place dans la République que nous voulons". http://catholiques-ump.typepad.fr/catholiques_de_lump/2007/04/il_ny_a_pas_de_.html

une autre phrase de Tocqueville : « C’est le despotisme qui peut se passer de la foi, pas la liberté »

Écrit par : Mala | 25/06/2007

le rôle de la foi religieuse resurgit pose à un moment où le système libéral recherche de nouveaux éléments à son prêt à penser; rejeté de toute part en raison de ses méfaits sur la planète et ses habitants, l'enrichissement pour soi n'est plus une valeur en soi (cette valeur a été portée en son temps par le protestantisme sectaire); il faut rebondir et trouver une nouvelle justification éthique; dans les entreprises on se sert assez communémént du réflexe communautaire pour souder symboliquement les salariés et exclure les réticents (l'entreprise est menacée par les concurrents donc il faut se serrer les coudes derrières les leaders-chefs, ceux qui s'opposent ou se montrent faibles doivent être écartés pour le bien de la communauté: on est autoriser moralement à les virer!); l'appui que peut représenter la foi catholique dans une entreprise qui a besoin de justifier l'injustifiable (l'égoisme, l'apreté au gain, les délocalisation,...) n'est pas mince: un supplément d'âme pour des entreprises qui ont à lutter contre elles-mêmes

Écrit par : entreprise | 25/06/2007

@ Mala : évidemment, je suis partisan. C'est un peu le but du jeu… Et je ne vois pas vraiment ce que le Darfour vient faire là-dedans : c'est la survie de la la loi de 1905 qui m'inquiète.

@Raphaël : cool, citez tout ce que vous voulez.

@Pierre G : nous nous rejoignons sur quelques points. Et sur d'autres, pas du tout… Mais c'est toujours un plaisir de parler avec vous, je vous trouve plutôt convaincant.

à Mouton : on est d'accord, ne nous reste qu'à bêler de concert.
Quant au prosélythisme, méa culpa : pour la peine, je dirai deux pater et trois ave. Euh, non… bon, je ferai des pompes en pénitence.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 25/06/2007

@ Le Charançon Libéré
hmmm dire qu'interdire le préservatif est un crime contre l'humanité c'est détourner la vérité de son contexte : l'Eglise prône l'abstinence et la fidélité ! avouez que c'est la méthode la plus sure pour combattre le sida...

Écrit par : the unamed one | 25/06/2007

Soyons honnêtes et vrais dans nos échanges, tel est l'essentiel... C'est le fondement de toute discussion. Sans quoi, on tombe dans le passionnel. Convaincre ne peut être qu'une conséquence subsidiaire, rien de plus !

Et je dois saluer votre ouverture à la discussion. Trop souvent on est renvoyé dans nos buts sous prétexte de désaccord, à croire que les gens souhaitent uniformiser les esprits. On n'est pas loin de "1984" d'Orwell... Il faudrait que tout le monde pense pareil, en utlisant la novlangue de préférence !

Comme si ce n'était pas précisément ces différences, ces nuances plus ou moins subtiles, ces raisonnements plus ou moins perspicaces, qui nous enrichissaient !

Au plaisir de vous lire et, qui sait ?, de vous rencontrer !

Écrit par : Pierre G. | 25/06/2007

Les églises françaises appartiennent à leurs communes respectives qui ont les charges d'entretiens,de réparations:parafoudres,toitures,maçonneries,cloches etc.Quand les paroissien(ne)s pleurnichent car ils ont froid et ils sont sourds;en bonus:la commune installe un chauffage et une sono pour les premiers rangs,logique y'a personne plus loin!Puisqu'il y a suffisamment de place et des risques d'incontinence,des toilettes peuvent être aménagées à l'INTERIEUR de l'édifice,le pape via le diocèse rechigne un peu,mais les administrés de la commune qui paient encore ces frais d'installation triomphent toujours.Les églises sont réquisitionnées en cas de guerre,canicule,pandémies(normal:le cimetière est tout près).Si l'opus deï veut récupérer nos lieux d'aisance faut qu'ils casquent avec les intérêts(1 siècle)!
Avec le pognon,on installe les gens du cirque,les forains,les nomades,les jardiniers que sais-je encore...Quant au bon Dieu,c'est le Père Noël pour les vieux?!"La séparation de l'église et de l'état"c'est tout simplement de l'hameçonnage!Pendant que vous focalisez la dessus,Narcosie&co a certainement préparé 1 ou2 coups d'avance.Son service Marketing est redoutable car il a fusionné la dissonnance cognitive avec les neurosciences et intègre de plus des facteurs de hasard et de brouillage.(+les médias) .Exemple:le scandaleux voyage à Malte.(Toute la presse).
Qui a sécurisé cette croisière privée?La dgse?la çia?comment?Avec quels sous?Un peu d'imagination SVP.
j'ai écrit un foutoir chaotique?je tousse!sans doute le H5N1.au dodo...

Écrit par : lepapadit | 26/06/2007

Vous vous faites effectivement un plaisir à bouffer du curé. Pour ce qui est du Sida en Afrique j'aurai souhaité que vous lisiez les déclarations de l'archevêque d'Afrique du sud (malheureusement j'ai perdu les coordonnées et les liens dans le net j'espère les retrouver) qui se portait en faux contre cette mani que vous aurtres européens avez de vous appuyer sur l'afrique pour tirer à boulet rouge sur JPII. le cardinal a pris pour cela l'exemple d'un pays voisin au sien où le taux de prévalance, qui était le plus élevé du continent africain, avait spectaculairement chuté grace à une campagne basée sur l'abstinance et la fidélité. Et, suprême précision, le préservatif était exclut. Les aides des USA furent d'ailleurs stoppées à cause de ce dernier détail. parallèlement un autre pays voisin dont le taux était l'un des plus bas du continent a vu avec la compagne sur le préservatif, son taux de prévalance augmenter et atteindre les sommets et finalement de se retrouver parmi les premiers en afrique.

Et le cardinal de conclure qu'il met quiconque au défit de lui signaler dans quel pays africain et même ailleurs une compagne contre le sida avec le préservatif a été menée et où la contamination a baissé.

Écrit par : Ebode | 29/06/2007

Ebode : je n'ai rien à vous dire, ce raisonnement est indéfendable et pathétique.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 29/06/2007

Je trouve ce post délectant.

J'attends les jeunesses sarkoziennes, ça rappelera le bon temps au bon père Benoit.

Si un jour on tombe trop gravement dans la théocratie à la bush, je demande une apostasie et je m'exile.

Comment peut on encore accepter au XXIème siècle ce qui a fait le malheur de tant de peuples d'antan , cet obscurantisme navrant.

Ou etes vous Messieurs JAURES et COMBES...

Si encore ces gens s'interessaient à la vraie souffrance du Monde plutot qu'à leur pleutre bigoterie.

Écrit par : Frank CASSAGNE | 06/07/2007

Pourquoi ne pas lancer une grande campagne de débaptisation afin de se désolidariser, et le faire savoir, des prises de position du pape ( c'est très facile, une simple lettre suffit)
Pourquoi ne pas réclamer un temps de parole le dimanche matin sur France 2 dans le cadre des émissions religieuses pour le courant de pensée principal en France : les athées, agnostiques et libres penseurs... afin de lutter pour notre laïcité, la tolérance etc..

Écrit par : Régis MOREL | 17/01/2008

Pourquoi ne pas lancer une grande campagne de débaptisation afin de se désolidariser, et le faire savoir, des prises de position du pape ( c'est très facile, une simple lettre suffit)
Pourquoi ne pas réclamer un temps de parole le dimanche matin sur France 2 dans le cadre des émissions religieuses pour le courant de pensée principal en France : les athées, agnostiques et libres penseurs... afin de lutter pour notre laïcité, la tolérance etc..

Écrit par : Régis MOREL | 17/01/2008

S'il y a un "père" à la Loi de 1905, ce n'est en aucun cas le "petit père Combes" (qui en tenait pour le maintien du Concordat pour garder la haute main sur l'eglise), mais Aristide BRIAND (appuyé par Jean JAURES).
Et loin d'avoir fait une loi de combat comme le sous-entend le chanoine de Latran, Aristide Briand résumait bien l’esprit de la loi de 1905 en écrivant dès son rapport sur le projet de loi : « Toutes les fois que l’intérêt de l’ordre public ne pourra être légitimement invoqué, dans le silence des textes ou le doute sur leur exacte interprétation c’est la solution libérale qui sera la plus conforme à la pensée du législateur. »

Écrit par : J. F. Launay | 14/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu