Avertir le modérateur

07/07/2007

Rachida Dolto-Dati incomprise : la garde des Sceaux ne croit pas à la répression, en fait.

medium_lecter.jpg

 

Schizophréne, Rachida Dolto-Dati ?

Allons donc…

 

Comme s'il n'était pas possible de promouvoir un projet de loi ultra-répressif, prévoyant l'instauration de peines plancher pour les récidivistes et la fin de l'excuse de minorité pour les jeunes délinquants, tout en parlant de prévention.

Comme si envoyer des ados en prison et penser à leur épanouissement personnel étaient deux choses inconciliables.

Comme si l'on ne pouvait en même temps promulguer un texte sur la récidive, dont le chercheur au CNRS Pierre Tournier estime qu'il aboutira à surcharger les prisons françaises de 10 000 détenus supplémentaires, et prétendre mettre l'accent sur la réinsertion.

Comme si…

 

Alors que pas du tout : on peut !

 

Enfin, Rachida Dolto-Dati peut.

Sur TF1, celle qui murmure à l'oreille des sauvageons l'a promis : "Ma politique sera de favoriser la réinsertion par l'alternative à l'incarcération".

Mieux : la garde des Sceaux a assuré vouloir "développer les aménagements de peine, les alternatives à la prison, les placements sous bracelet électronique".

Oui, vous avez bien lu.

Gnagnagnah…réinsertion.

Gnagnagnah… alternative à l'incarcération.

Pas d'erreur, c'est bien la même qui déclarait la veille que "L'insécurité, les incivismes, l'impunité de certains exaspèrent nos concitoyens. Nous devons apporter une réponse ferme à cette France exaspérée dont l'obsession, comme je l'ai entendu ici ou là, n'est pas une obsession sécuritaire mais une demande légitime de sécurité et de tranquillité."

 

Alors, de deux choses l'une.

 

Soit Rachida-Dolto-Dati ne saisit pas ce qu'il y a de contradictoire à prôner en même temps l'acharnement répressif et les alternatives à l'incarcération.

Auquel cas elle est complétement et définitivement à la masse.

 

Soit la garde des Sceaux, prête à raconter tout et n'importe quoi pour faire passer son projet de loi, prend les Français pour des abrutis.

Auquel cas… Non, je ne veux pas y croire.

Quand même pas…

 

Notons que le départ express du directeur de cabinet de Rachida Dati confirmerait plutôt la deuxième alternative.

"J'en ai assez de me faire insulter toute la journée", a déclaré Michel Dobkine à ses collaborateurs.

Celle qui le 22 juin avait souhaité adresser à la France "un message d'humanité et d'ouverture" avec la création de pôle anti-discrimination traiterait-elle le petit personnel comme de la merde ?

Là non plus, on ne veut pas y croire.

Hein, Rachida : ce n'est pas vrai, dis ?

medium_rachida.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu