Avertir le modérateur

20/08/2007

Plus de pénis pour le ravisseur d'Enis : le coupable sera châtré !

                                               

 

Le recette est simple.

Et ne rate jamais.

Comme un soufflé qui ne pourrait pas retomber.

L'une de ces préparations que le très petit père du peuple, expert en tambouille communicationnelle, déclarations larmoyantes et raccourcis démagogiques, ne raterait pour rien au monde.  

 

Donc : 

 

1) Prenez un fait divers sordide.

Le combo "enlèvement d'enfant + pédophilie" est particulièrement conseillé à qui veut s'assurer une vaste audience.

 

2 ) Faites monter le buzz et entrenez le suspense pendant quelques heures.

Le système "Alerte enlèvement", mis en place récemment pour les enfants, est un parfait moyen de faire parler un maximum de l'affaire et de ses éventuelles péripéties dans tous les médias.

 

3) Une fois le dénouement intervenu, qu'il soit heureux ou non, annoncez que le coupable sera impitoyablement chatié.

 

4) Faites intervenir un proche-parent-ami de la victime.

"J'ai de la rage. Je ne comprends pas comment un récidiviste peut se retrouver comme ça dehors", a ainsi logiquement remarqué le père d'Enis quand son petit garçon a été retrouvé.

 

5) Annoncez à nouveau que le coupable sera impitoyablement chatié

Ou mieux, faites-le annoncer par un proche de la victime : "M. le président m'a promis de changer tout ça, et que tout sera mis en place pour que les lois puissent aller dans le bon sens, c'est-à-dire des lois plus sévères et que ces gens ne sortent jamais", a ainsi résumé le père du petit Enis après une entrevue avec le président.

 

6) Mettez en évidence une quelconque insuffisance du système judiciaire.

Le top ? Un pédophile récidiviste libéré alors que jugé encore dangereux.

Mieux encore, si ce n'est inespéré : que le médecin de la prison lui ait fourni du Viagra en prévision de sa sortie.

 

7) Promettez que le responsable de cette insuffisance sera chatié.

"Sur l'affaire du Viagra, la lumière sera faite", a assuré Rachida Dati, en annonçant l'ouverture d'une enquête du ministère de la Santé.

 

8) Convoquez une réunion interministérielle, histoire de montrer votre efficacité sur tous les fronts.

Dès le 16 août, un communiqué de l'Elysée promettait ainsi pour quatre jours plus tard une réunion à l'Elysée, avec pour objectif de "garantir que les personnes condamnées pour des agressions graves, notamment d'ordre sexuel, ne soient plus en situation de recommencer de tels actes une fois purgée leur peine de prison".

 

9) Annoncez que tous les coupables seront désormais châtrés, grâce à la modification législative que vous allez faire passer.

Les délinquants sexuels qui "n'accepteront pas d'être soignés resteront dans cet hôpital fermé, le temps où on estimera qu'ils sont dangereux. Ceux qui accepteront d'être soignés pourront avoir des permissions, et sortir de cet hôpital fermé, mais le feront en portant un bracelet électronique, en suivant un traitement, traitement hormonal, appelez-le castration chimique, les mots ne me font pas peur", a prévenu Nicolas Sarkozy à l'issue de la réunion pré-citée, avant d'entamer son éternel couplet pro-victimisation : "Le premier droit de l'homme est le droit de la victime. Je ne peux pas laisser de tels prédateurs en liberté."

 

10) Si l'attention ne s'est pas encore détournée de vos coûteuses vacances ou d'une croissance qui s'évertue envers et contre tout à rester en panne, retournez au 1).

 

Comment vous dites ?

De mauvais goût ?

Allons donc...

Ce qui est de mauvais goût, c'est de voir une affaire aussi infâme amener de l'eau au moulin d'un couple Sarkozy-Dati lancé dans une croisade anti-récidive qui fait pourtant l'unanimité du milieu judiciaire contre elle.

 

Commentaires

Combien de temps Mr Sarkozy a-t-il été ministre de l'Intérieur ?

Il est vrai qu'il n'avait pas, sans doute, à l'époque le temps de s'occuper de tout comme maintenant.

Écrit par : Françoise | 20/08/2007

à Françoise,
de 2002 à 2007, Monsieur Nicolas Sarkozy a surtout été candidat à l'élection présidentielle et avant de devoir faire campagne contre la gauche, il lui a fallu éliminer Chirac, Villepin, Alliot-Marie, Jupé, Dupont-Aignan et bien d'autres dans son propre camp... donc pas beaucoup de temps pour être ministre de l'intérieur, d'autant qu'il y avait des problèmes avec Cécilia et ses escapades, les plus values à réaliser à Neuilly dans l'immobilier, retrouver le scooter du gamin etc...

Écrit par : Jean-Marie Belgique | 21/08/2007

Bonjour, je ne dirai rien sur les motivations de nos politiques dans cette affaire du petit enis.
je dirai par contre quelques mots sur la manière dont vous évacuez complètement une bonne partie de la société : il ne suffit pas de dire qu'une affaire est sordide et de rester les bras croisés. Il y a eu vraiment des enfants et leur famille meurtris à vie. Vous ne semblez absolument pas prendre en considération la réalité des conséquences des agressions sexuelles. Leur cout pour les contribuables que vous êtes est immense, car c'est un problème de santé publique colossal: les 10% des affaires déclarées et reconnues judiciairement touchent 6000 enfants par an, donc, avec le chiffre noir de 90% environ 60 000 enfants par an. Nous sommes 'loin d'un petit garçon de 5 ans par ci ou parlà.
Par ailleurs le monde judiciaire a été capable d'évoluer en adoptant la loi de 1989, de 1995, de 1998 également, concernant les agressions sexuelles sur mineur. De nos jours, il se pourrait bien que pour suivre l'exemple du Canada il y ait bientôt inscription de l'inceste dans le code pénal et peut-être même imprescriptibilité des agressions sexuelles.
C'est en tout cas les voeux des victimes devenues adultes.
Car , enfin, le monde judiciaire et nos politiciens ne sont pas seuls à avoir le droit de porter un regard sur la loi. Allez sur le site http://aivi.org, lisez, instruisez vous et réfléchissez sans le souci principal de faire de l'ironie sur un sujet aussi douloureux.

Écrit par : aude.guignard | 28/08/2007

Je suis allé voir ce site. Et je n'ai pas eu le courage de lire beaucoup de témoignages, je le reconnais, tant ils sont dérangeants et choquants.
L'inceste est une chose effroyable, il faudrait être le dernier des abrutis pour ne pas en convenir.
Mais je ne vous pas cache pas que je vois mal le rapport entre ces témoignages et mon billet sur la façon dont Nicolas Sarkozy excelle à récupérer à son profit les faits divers les plus glauques.
Je ne faisais en aucun cas de l'ironie sur l'enlèvement du petit Enis. Mais sur la façon dont la communication gouvernementale rebondit sur ce type d'événement sordide, avec démagogie et rapacité.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 28/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu