Avertir le modérateur

07/10/2007

Vous avez vos papiers ? Oui ? Alors, vous reprendrez bien un peu de soupe identitaire ?

medium_soupe.jpg

 

"Les nôtres avant les autres".

Vous en dites quoi ?

Ça vous choque ?

Mouais…

 

En 2004, les petits ratons sans cervelle de Bloc Identitaire organisaient leur première soupe populaire, dans le quartier de la Gare de l'Est.

Enfin… populaire… pas tellement.

Histoire de bien sélectionner ceux qui auraient le droit de plonger le nez dans leurs bols de soupe, les fafs la cuisinaient avec des morceaux de porc.

Une petite cuisine peu ragoûtante restée célèbre sous le nom de soupe au cochon et qui avait alors soulevé l'indignation générale.

Une véritable levée de bouclier humaniste.

 

Les protestations n'avaient pas empêché la chose de se répéter régulièrement, à Nice, à Paris ou à Strasbourg. 

Ni Odile Bonnivard, présidente de Solidarité des Français, association proche de Bloc Identitaire et en assurant les bonnes oeuvres, de se répandre un peu partout pour souligner que c'était là une initiative bien naturelle.

medium_Odile_Bonnivard.jpg

"Nous avons décidé d’aider les nôtres avant les autres", expliquait la militante bas-du-front.

La dame poussant son petit refrain identitaire jusque dans les colonnes du Financial Times.

Soit : "She claimed that there was a tendency in France to prioritise the needs of outsiders rather than those who shared her culture and civilisation. She said Muslim or Jewish homeless people were not obliged to eat her organisation’s soup, arguing that there were plenty of other groups  that would feed them."

Bref, la gloire internationale.

Et une polémique croissante qui avait fini par pousser la préfecture de Paris à interdire la distribution de soupe identitaire fin décembre 2006.

Une décision confirmée, après quelques péripéties juridiques, par le Conseil d'Etat.

 

C'était il y a un peu plus de six mois. 

Et les choses ont bien changé, depuis.

La soupe identitaire est désormais servie par le gouvernement et sa majorité.

Et les bonnes âmes sont beaucoup moins nombreuses à la dénoncer que quand elle était distribuée par les nazillons de Bloc Identitaire.

Et pourtant…

Quelle différence entre la soupe au cochon et l'interdiction d'accès à l'hébergement d'urgence pour les clandestins, votée dans la nuit de jeudi à vendredi par le Sénat ?

Ben oui : il n'y en a pas.

Si ce n'est que d'un côté on discrimine la solidarité selon la religion et que de l'autre on a décidé de le faire d'après la nationalité.

medium_france.jpg

 

Je sais, je sais…

Vous allez me dire que je n'y suis pas du tout.

Que cet amendement Mariani excluant les sans-papiers de l'hébergement d'urgence va être retoqué.

Que Martin Hirsch, Brice Hortefeux et Christine Boutin sont montés au créneau ensemble, se tenant par la main, la bouche en coeur.

Et que cet improbable trio ministériel s'est engagé à supprimer l'amendement en cause.

La belle affaire…

 

Non qu'il s'agisse de douter de la bonne volonté de Martin Hirsch.

Tant Oui-Oui fera sans doute le maximum pour que les centres d'urgence restent accessibles à tous.

medium_ouioui.jpg

Même si, souligne Libération, le Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté n'aura pas la tâche aisée.

 

Non, là n'est pas le problème.

Mais dans le fait que la majorité des représentants du peuple a avalisé cet amendement.

Et a accepté l'une des discriminations les plus indignes qui soit.

Et Oui-Oui aura beau poser tous les pansements qu'il veut.

Ratrapper et retoquer les amendements les plus barbares.

Il n'y changera pas grand-chose. 

Eternel Don Quichotte voué à combattre des moulins à vent qu'il légitime par ailleurs.  

medium_don_quichotte.jpg

 

D'ailleurs, vous avez remarqué ?

On n'entend plus beaucoup Odile Bonnivard, en ce moment.

Oui : elle n'a plus besoin de s'égosiller.

Ses idées sont au pouvoir.

Et ce n'est pas un point de "détail".

Commentaires

A propos de Oui-oui n'hésite pas à pâsser sur mon blog pour le découvrir sous d'autres auspices...
Merci pour tes billets

Écrit par : skalpa | 07/10/2007

Ce qui me dégoûte le plus, ce sont les états d'âme de Hirsh, Boutin, etc. Je ne crois pas, que quelque soient les "améliorations" qui pourraient être apportées à cette loi, la première faute ineffaçable c'est de l'avoir proposée et votée. Dati, Yaden Amara, Kouchner, Hirsh, Boutin, choqués, les pauvres chéris, mais ils restent agrippés à leur marocains comme les moules sur les bouchots. Les vagues passent, les moules restent.

"Dans de nombreux Etats, les services consulaires peinent à s’assurer de l’authenticité d’un acte d’état civil étranger. La loi du 20 novembre 2003, puis celle du 14 novembre 2006 relative au contrôle de la validité des mariages ont eu pour effet de retarder considérablement la délivrance des visas de long séjour aux demandeurs de bonne foi, victimes d’une défaillance de l’état civil de leur pays. En cas d’inexistence de l’état civil, il peut être impossible de prouver une filiation sans recourir à des procédures complexes de preuve. Pour sortir de cette impasse, les députés ont proposé de recourir à des tests ADN. Plusieurs sous-amendements du gouvernement ont sensiblement encadré le dispositif.

Il est donc compréhensible que François Fillon ait été fortement applaudi par le Conseil national de l’UMP, réuni à Paris, lorsqu’il a évoqué « cette loi dont les polémiques ont grossi jusqu’au ridicule, un détail en masquant l’essentiel : qu’elle rendait à la France le droit de choisir son immigration, qu’elle renforçait la qualité des contrôles, qu’elle instaurait une politique d’intégration véritable, fondée sur notre langue, fondée sur notre culture, fondée sur notre histoire, fondée sur le respect d’une identité nationale dont nous n’avons pas à rougir »."

C'est pas beau ça ?

http://www.spcm.org/Journal/spip.php?breve1963

Écrit par : Françoise | 07/10/2007

"Yaden" : c'est "Yade," mon doigt à glissé..

Écrit par : Françoise | 07/10/2007

Vous êtes en retard d'une guerre, Charançon.

La loi qui prétend avoir réglé tous les problèmes de logement avec le fameux droit opposable (qui connaît un droit non opposable ?) débute par l'article suivant :

"Le droit à un logement décent et indépendant, mentionné à l'article 1er de la loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en oeuvre du droit au logement, est garanti par l'Etat à toute personne qui, résidant sur le territoire français de façon régulière et dans des conditions de permanence définies par décret en Conseil d'Etat, n'est pas en mesure d'y accéder par ses propres moyens ou de s'y maintenir."

http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCX0600231L

Vous noterez le "résidant sur le territoire français de façon régulière".

L'amendement voté par le Sénat n'est en fait qu'une précision de cette loi, puisqu'il ne serait pas logique que les clandés puissent bénéficier d'un logement quand ils ne peuvent opposer leur droit à vivre dans un logement décent.

Non ? C'est pas logique ? Ah bon...

Il n'en reste pas moins que la loi dite "instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale" a créé cette ignominie le 5 mars dernier, dans l'indifférence générale.

Écrit par : YR | 07/10/2007

@ Skalpa : c'est gentil, mais il n'y a pas de quoi (je ne blogue que pour mon plaisir égoïste).
Quant à Oui-Oui, je crois que je le préfère ainsi… Mais j'apprécie encore plus les vidéos de Crass, Dj Pone (Zvinkels forever !) ou des Bérus : t'as des goûts très sûrs, je dirais.

@ Françoise : de un, j'aime le "choqués, les pauvres chéris, mais ils restent agrippés à leur maroquins comme les moules sur les bouchots. Les vagues passent, les moules restent".
De deux, je suis totalement d'accord avec toi : on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le cu… etc, etc. A un moment, il faut choisir ; eux ont choisi leur maroquin ; qu'ils ne viennent pas nous rejouer le choeur des pleureuses.
De trois, je suis effaré de voir que Fillon ne fait pas toujours, et de loin, dans le détail.
Et de quatre, euh… non, rien… :-)

@ YR : je suis comme le lapin d'Alice au Pays des Merveilles, je cours, je cours, et je ne parviens jamais à ratrapper l'actualité. Surtout en ce moment…
Ceci dit, ce coup-ci, j'étais au courant pour cette restriction du droit au logement opposable. Et je partage votre point de vue : c'est aussi inique que scandaleux.

Par contre, je n'avais clairement pas saisi le côté annonciateur de cette loi. Un aspect que met pourtant Thierry Mariani en avant, dans une interview au JDD :
"Il n'a jamais été question d'empêcher les sans-papiers de passer la nuit dans un centre s'il fait froid l'hiver. Ce dont je parle, c'est ce qu'on appelle l'hébergement dit de stabilisation. Qu'un sans-papiers, qui vit à la rue, soit hébergé temporairement est une chose; qu'il demande à ce que s'applique le droit au logement opposable en est une autre. Pour invoquer ses droits, il faut respecter la loi. Cette stabilisation doit être réservée aux seules personnes en règle. Et si Martin Hirsch dit que cet amendement, devenu l'article 21 du projet de loi, "pose un problème", qu'il relise les textes lui aussi." (http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200740/mariani-que-balladur-et-hirsch-relisent-les-textes-_61972.html)

Ce qui éclaire d'un nouveau jour l'article de Libération évoquant les difficultés qui attendent Hirsch pour retoquer l'amendement :
"Selon Martin Hirsch, l’article sur l’hébergement pourrait «être supprimé ou revu» en Commission ­mixte paritaire (composée de sénateurs et de députés) le 16 oc­tobre. Cet amendement interdit l’accès à l’hébergement de stabilisation (jusqu’à deux mois) aux sans-papiers. Selon cet amendement, ils n’auraient droit qu’à un hébergement d’ur­gence au jour le jour. Mais ce distinguo est biaisé : suite aux campements des enfants de Don Quichotte, tous les centres d’hébergement d’urgence ont vocation à devenir des centres de stabilisation. L’objectif étant de ne plus remettre le matin à la rue les per­sonnes qui y sont accueillies. Interdire aux étrangers sans papiers les centres de stabilisation reviendrait à les priver d’hébergement." (http://www.liberation.fr/actualite/societe/282957.FR.php)

En un mot, merci de m'avoir aidé à y voir plus clair : vos lumières sont toujours les bienvenues.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 07/10/2007

Gaucho, on t'emmerde.

SIOL

Écrit par : Alceste | 08/10/2007

"Et une polémique croissante qui avait fini par pousser la préfecture de Paris à interdire la distribution de soupe identitaire fin décembre 2006.
Une décision confirmée, après quelques péripéties juridiques, par le Conseil d'Etat.

C'était il y a un peu plus de six mois.

Et les choses ont bien changé, depuis."

En fait, je crains que non. La décisions du conseil d'etat n'avait finalement pas aboutie suite à un appel concernant celle-ci.
Depuis, les soupes ont continué d'etre servies (il suffit de consulter le site pour le savoir) et ce, durant tout l'été.
D'ailleurs cela se poursuit ...

Écrit par : oui-oui 2 | 09/10/2007

sept milliards d'êtres humains sur terre.
Faut il nourrir et héberger gratuitement tous ceux qui le veulent en France.
Avec mon travail, mes impots, et peut être les votres....
si vous en payez.....
On n'a qu'une vie, j'ai personnellement du mal à la vivre et aucune aide....je ne vois pas pourquoi je la consacrerais à travailler pour nourrir des faineants qui trouvent plus facile de venir se faire nourrir ici que de se retrousser les manches chez eux.
En fait vous êtes les vrais racistes.
Pour vous une personne du tiers monde est forcément un nul, un demeuré qu'il faut prendre en charge ! Un assisté éternel.
Respectez les. considérez les comme votre voisin de palier qui se demmerde seul. Et ils y arriveront.
Parce que, vous en doutez apparemment. Ils sont comme nous. Capables de s'en sortir seuls s'ils le veulent.
Si on ne leur propose pas de le faire à leur place en permanence. Pour des raisons aussi diverses que variées allant de l'exploitation au bons sentiments humanitaires poussés à leur paroxysme par l'arche de Zoé.

Écrit par : lulu | 17/11/2007

A les donneurs de leçons de gôche -- de cette pauvre gauche pseudo-humanitaire mais réellement négrière -- j'en passe et des meilleures... La vertue par l'exemple çà vous parle?

Écrit par : grouik | 18/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu