Avertir le modérateur

20/10/2007

Plagiat : Jean-Marie Le Pen porte plainte contre Henri Guaino

 

medium_poule.jpg

 

Le FN ?  

Plumé.

Inaudible.

Dévasté.

Inexistant.

 

Cela devrait faire plaisir.

De voir à quel point le parti de Jean-Marie est le dindon de la farce.

Parti défait courant après ses caisses vidées et ses idées volées.

 

En fait : cela ferait plaisir.

Si ceux qui l'ont dépouillé.

N'avaient aussi fait main basse sur la France.

Rendant ce qui aurait pu être jouissif juste dramatique et désolant.

 

Une véritable spoliation.

A la limite du brigandage de grand chemin.

Opérée progressivement par des caciques de la droite complexée jamais fatigués de braconner sur les terres de l'extrême-droite.

Et de danser la sarabande sur les oripeaux du FN pour mieux en endosser les puantes guenilles.

 

Et vous savez quoi ?

(Bien sûr que vous le savez… mais c'est pour faire style.)

Ça marche.

Leur stratégie est tellement efficace que l'on finit par se surprendre à s'habituer.

A ne plus se scandaliser.

Et à ne plus dénoncer.

Aussi fort qu'on l'aurait fait voilà quelques années.

medium_f-haine.jpg

 

C'est leur victoire.

Banaliser ce qui hier relevait de l'intolérable.

A tel point que le principal inspirateur de Sarkozy.

Conseiller occulte pesant d'un poids excessif à l'Elysée.

Elément essentiel de la pétainisation du régime.

Oui : le très désagréable Henri Guaino.

A tel point, donc, que cet homme-là, jamais aussi dangereux que quand il se pare de sa réputation de "cinglé" iconoclaste et patriote, peut reprendre à son compte les slogans du FN sans déclencher grand vent de tempête.

medium_gauino.jpg

 

Dans une interview parue aujourd'hui dans Libération, l'idéologue du régime laisse ainsi libre cours à son fiel.

Et entre deux piques pour les enseignants qui ont eu l'audace de critiquer l'instrumentalisation de la lettre de Guy Môquet, déroule ses slogans facistes comme à la parade.

Et l'on se dit que Jean-Marie Le Pen doit bouillir à la lecture de ces propos.

Tant le conseiller de Sarkozy reprend ses phrases sans en payer le copyright.

 

"Aujourd’hui, avec l’immigration, la mondialisation, la désintégration du travail, il y a un problème identitaire", affirme benoîtement le penseur rassis.

Ne disant pas autre chose que ce que l'extrême-droite ressasse depuis des années.

"Le politiquement correct pousse à la repentance. On veut faire expier aux fils les fautes des pères", serine tranquillement celui qui a remis Maurras et Barrès à la mode.

Ne disant pas autre chose que ce que l'extrême-droite ressasse depuis des années.

 "Il faut résister à cette mode de la repentance qui finit par exprimer la haine de soi, qui débouche souvent sur la haine des autres", conclut sereinement le pygmalion de BHL.

Ne disant pas autre chose que ce que l'extrême-droite ressasse depuis des années.

medium_le_pen.jpg

 

Oui : je serais Jean-Marie Le Pen, je ferais un procès à Henri Guaino.

Mais il n'est pas si bête, le vieux facho.

Il sait qu'il a gagné.

 

PS : la question se pose aussi de savoir s'il ne s'agit pas là de préparer l'opinion à l'arrivée prochaine de Marine Le Pen au gouvernement.

Ainsi de cette analyse de Moscovici, citée dans un article du Monde : "Pierre Moscovici juge vraisemblable que, dans une deuxième partie de mandat qui sera dure, M. Sarkozy tente de mettre en oeuvre un berlusconisme à la française, qui pourrait aller jusqu'à associer au gouvernement une extrême droite habillée de neuf par Marine Le Pen. Le scénario serait alors : ouverture à gauche affichée jusqu'aux municipales, en mars, suivie d'une politique économiquement et socialement brutale, qui s'appuierait sur une mobilisation de l'opinion de droite autour des thèmes habituels de l'immigration (l'une des priorités de la présidence française de l'Union européenne, au second semestre 2008) et de la lutte contre la délinquance."

Bref, des lendemains rieurs…

Commentaires

Très bon billet. Tu as raison on ne dénoncera jamais assez.

J'avais préparé un petit truc sur Guaino hier, à ce sujet. Mais j'étais trop "mal fichue" pour le finaliser. Fontenelle en a fait un aussi, à sa bonne manière. Je posterai ce soir ou demain (c'est lundi le "grand jour Môquet"). Cet homme est en effet dangereux. Moscovici n'a peut-être pas tort. Mais il n'y a pas besoin de mettre des FN rhabillés de neufs au gouvernement, ils sont nombreux déjà à s'être "coulés dans le moule".

C'est atterrant d'en être arrivé là si vite. Et il y a peu de personnes que ça scandalise apparemment.

Écrit par : Françoise | 20/10/2007

La question simple est : est-ce que Guaino est l'idéologue du régime ?

Il avait été aussi la plume de Chirac en 95, lequel l'avait vite remercié après élections en voyant qu'il avait affaire à un cinglé et qu'il ne pourrait pas gouverner avec lui.

Mais est-ce qu'il impulse les décisions ou bien est-ce qu'il se contente de les mettre en chant afin de les rendre plus acceptables (j'ai été ravi de voir dans son interviou que mon intuition sur son inspiration péguyste était pertinente) ?

Oui, Guaino est détestable et ridicule à la fois (son emphase, son enflure, son amphigouri). Mais est-ce la seule personne qui décide ? Et je ne crois pas que la politique actuelle changera s'il part. Il se sera juste offert comme bouc émissaire par ses propos grotesques et on aura vite sa peau alors que les vrais responsables seront toujours à l'oeuvre (je m'étouffe de rire chaque fois que je lis du Guaino, je tremble plus quand je lis de l'Emmanuelle Mignon ou du Claude Guéant).

Écrit par : Dominique | 20/10/2007

@ Dominique

Très bonne question qui se pose, en effet. Je pense qu'il a les connaissances historiques qui font défaut à NS. Mais, NS les reprend parce qu'elles servent ses buts, et par là est encore plus responsable de ces dérives que Mr Guaino.

Écrit par : Françoise | 20/10/2007

@ Françoise : cool, merci (et bon rétablissement).
"C'est atterrant d'en être arrivé là si vite. Et il y a peu de personnes que ça scandalise apparemment"
Oui, attérant. Quant à ceux que ça scandalise, je n'arrive pas trop à me rendre compte : y a t-il des millions de gens qui font comme nous et poussent de petits cris d'indignation dans leur coin ou la majeure partie de la population est-elle devenue complétement conne et aigrie ? L'opinion s'en fiche t-elle comme d'un guigne ou les Français laissent-ils encore un peu couler avant d'exploser ? C'est étrange.

@ Dominique : Guéant me fait moins peur, il n'a pas ce côté intellectuel exalté et excité, capable de tout. Il me fait davantage penser à un froid calculateur, à un manipulateur de cabinet.
Alors que Guaino évoque quelques-uns des pires tribuns des années 1930, ceux qui soulevaient les foules par le verbe et en flattant ses bas instincts.

Et puis, Guaino et Sarko, ça a un petit côté "alliance ultime", couple infernal, ying et yang, exaltation et pragmatisme. Deux écorchés revanchards, poussé par leur feu intérieur et se rejoignant dans la volonté d'imprimer leur marque.

J'en fais trop. Mais je pense que Guaino n'est pas juste un exécutant. Sarko n'a jamais été un idéologue, un penseur. Il a besoin d'un mec qui donne du souffle à son pragmatisme malsain, d'un type qui colle sur son égoïsme et son arrivisme l'étendart étriqué de la nation. D'un souffleur, quoi.

@ Françoise : au niveau des responsabilités, je dirais kif-kif-bourricot.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 20/10/2007

Je ne suis pas très sûr que les fonctionnaires ternes comme Guéant soient les gens les moins à craindre. Un petit rappel : lorsqu'il était préfet de la région Bretagne, il n'y a eu strictement aucune action en justice contre toutes les exactions dues à des agriculteurs contre les immeubles et les autres édifices de l'Etat, cela alors qu'il aurait dû déployer des moyens pour empêcher ces délits de se commettre. Même s'il ne dit pas grand-chose dans ses entretiens, je pense qu'il est cent fois plus dangereux que le clown Guaino sur lequel nous nous acharnons facilement.

Écrit par : Dominique | 20/10/2007

Je suis bien plus cynique encore :
tous dans le même sac, sans « leader», mais tous d'accord pour coller au mieux à ce qu'ils croient être l'opinion publique et qui pourrait leur rapporter des électeurs (et le reste) . Ils ne disent (et finissent par être convaincus par leurs propres mensonges), que ce qu'ils pensent pouvoir servir leurs intérêts ( électoraux et autres). C'est à celui qui trouvera la meilleure idée " populaire " (à leurs yeux) :
c'est du populisme et rien d' autre.
Je ne les crois ni suffisamment intelligents ni assez "humains" ( humanistes,) , pas plus les uns que les autres, pour leur prêter la moindre parcelle d'idéologie (raciste, poujadiste, antimarxiste, capitaliste ou autre) : ils sont dénués de tout sens altruiste et ne pensent qu' à leur plan de carrière. Tout le reste n'est que vaste rigolade.

Écrit par : leveto | 20/10/2007

Coucou Charençon me revoilà après un joli détour par le Magreb.
A part ça pas de grain de sel à ajouter car tu as ainsi que les commentateurs fait un bon tour de la question....

Écrit par : Gitana | 21/10/2007

Les réactions sont petites et lentes, mais "ça vient" :

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39- href="mailto:32897964@7">32897964@7-37,0.html

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3224,36-969450,0.html

Écrit par : Françoise | 21/10/2007

@ Dominique : peut-être Guaino n'est-il en effet qu'un pantin, marionnette qu'on laisse s'agiter sous notre nez pour nous faire bondir. Mais je n'en suis pas à 100 % convaincu… Ce qui au fond ne change pas grand chose : que ce soit par Guaino ou par Guéant, le régime de Sarko n'a de toute façon pas fini de nous en faire baver.

@ Leveto : je pense que votre vision des choses est tout à fait vai pour les Sarkozy, Dati ou Hortefeux. Cela fait tellement longtemps qu'ils ont résolu de s'afficher en pleine lumière qu'ils ne sont en effet plus que l'incarnation de ce qu'ils croient être les désirs de l'opinion (à condition que celle-ci aille dans le sens de leur vision réactionnaire).
Je suis moins convaincu pour des Guéant et Guaigno, hauts fonctionnaires peut-être moins sensibles à l'influence des sondages et des pseudos-désirs du peuple.

@ Gitana : coucou :-)
Ça devait être cool, des vacances au soleil loin de cette atmosphère malsaine. Regonflée à bloc ?

@ Françoise : si ces liens pointent bien (et oui, les liens copié-collé vers les articles du Monde ne marchent toujours pas) les manifestations anti-ADN et loi sur l'immigration, je suis d'accord avec toi : il y a du progrès. D'une centaine de manifestants il y a une semaine, on passe à quelques milliers. Déjà ça. Et espérons que les chiffres de la mobilisation continuent à augmenter.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 21/10/2007

Oui Mr mais c'était surtout un très grand retour en arrière, remettre mes pas dans les pas d'une gamine de 11 ans qui s'était promis de revenir dans ce pays qui l'avait adopté et que la vie l'obligeait à abandonner....

Écrit par : Gitana | 21/10/2007

Il semble que vous ne vous rendiez pas compte que l'UMP n'aurait jamais été présent au second tour sans reprendre le langage du Front National. A mi-chemin de la campagne, Le Pen dominait tout ses adversaires et s'apprétait à concourir pour le second tour, c'est ici que le candidat UMP débuta sa phase identité nationale, patriotisme et souveraineté sans laquelle il ne serait pas là aujourd'hui. Evidemment le retour de bâton sera brutal pour les "démocrates républicains" qui ne pourront pas satisfaire le désir populaire par le simple pouvoir du mot et du symbole, piégés qu'ils seront par leur engagement européen et les contrats qui les rattachent à la haute finance mondialisée, le temps qui nous séparent de ce réveil populaire n'est pas éloigné et les couvercles soulevés par le candidat de l'aile "droite" du système ne peuvent plus être refermés.

Écrit par : Yann | 21/10/2007

@ Gitana : j'imagine que renouer avec ses souvenirs d'enfance est toujours un grand moment. Ça a été à la hauteur ?

@ Yann : nous sommes bien d'accord, le repompage des idées du FN ne date pas d'aujourd'hui. Là, j'ai juste un peu forcé le trait pour les besoins du billet.
Euh… sinon : qu'appelez-vous réveil populaire ? Celui des Français se rendant compte que ce gouvernement est celui de la démagogie et de l'exacerbation des haines ou celui des électeurs se rendant compte que le programme pétainiste pour lequel ils ont voté ne sera pas appliqué ? Prace qu'il y a une des deux alternatives ou l'on ne va pas s'entendre du tout.
Dans tous les cas, je vous rejoins sur un point : "Les couvercles soulevés par le candidat de l'aile "droite" du système ne peuvent plus être refermés." C'est vrai, nous risquons bien d'en payer le prix fort.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 21/10/2007

Oh oui et de plus lorsque je racontais mon histoire aux marocains - beaucoup parlent français - les hommes me serraient la main à la casser et les femmes m'embrassaient ! "tu es du pays me disaient-ils" je précisais que je n'étais pas une native, "ça ne fait rien, le Maroc tu l'as dans le coeur" et c'est vrai ! pas celui des touristes et des tyrans cela va de soi.
Pendant tout ce temps pas de télé, pas de rugby, pas de Sarko...le rêve éveillé mais ça ne pouvait durer...

Écrit par : Gitana | 22/10/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu