Avertir le modérateur

19/10/2007

Pas de plan de rigueur pour l'ISF, les députés laissent libre cours à leurs penchants patronaux : si c'est pas gentil…

medium_chevalier.jpg

 

Montjoie Saint-Denis ! 

Les députés UMP sont des braves.

Et ils ont raison : il faut foncer !

Sans scrupules… 

 

Après tout, ce n'est pas comme si le pays était "en quasi-situation de faillite".

Ni comme si la croissance se refusait à la France, se moquant des menaces sarkozystes d'aller "la chercher avec les dents".

Ni comme si les 15 milliards du Paquet-(cadeau)-fiscal n'avaient mis les caisses définitivement à sec.

… si l'Europe ne cessait de tirer la sonnette d'alarme devant notre incapacité à respecter nos engagements.

… si le timonier-en-chef ne venait de faire reculer toutes les frontières de la décence en assurant, main sur le coeur et yeux dans les yeux (j'en frissonne encore) que faire reculer la pauvreté était son voeu le plus cher, promis-on-allait-voir-ce-qu'on-allait-voir.  

… si un plan de rigueur ne dormait au fond des cartons, n'attendant que la fin des municipales pour sortir au grand jour.

… si Cécilia et Nicolas avaient divorcé en express (ah non, merde… ça n'a rien à voir).

 

Bref, rien de tout ça.

Tout va bien, non ?

Oui.

medium_ciel.jpg

 

On comprend fort bien que, dans ce contexte rieur et favorable, les députés de droite aient estimés que c'était le bon moment pour un cadeau supplémentaire aux plus favorisés.

Et pour réduire définitivement la notion d'Impôt sur la Fortune à une pâle vue de l'esprit.

 

Réunis pour débattre de la loi de finance 2008, les députés UMP viennent ainsi de voter "un amendement offrant aux chefs d'entreprise la possibilité de déduire de l'impôt sur la fortune (ISF) les sommes qu'ils investissent dans leur propre société pendant au moins cinq ans", expliquent Les Echos.

Une décision prise à la grande satisfaction du gouvernement.

Même si elle viole sereinement les promesses du rapporteur général du Budget, Gilles Carrez, qui avait expliqué l'été dernier "que l'on ne peut évidemment pas bénéficier d'une réduction d'ISF en investissant dans sa propre entreprise".

Ça allait de soi.

"Evidemment"…

 

Pas grave : les députés ont foncé.

Avec une ardeur qui les honore.

Et qui doit doit grandement toucher les patrons concernés.

Tant une telle volonté de faire plaisir ne peut qu'émouvoir les âmes les plus endurcies.

Alors, on dit merci qui ?

 

medium_patron.jpg

Commentaires

On dit : Merci Bon Papa saint Nicolas !

Tiens pour une fois je te mets un lien de chez moi (tu ne m'en voudras pas, c'est pour qu'on n'oublie pas la fête à Nicolas) :

http://repvblicae.wordpress.com/2007/08/27/la-saint-nicolas/

Écrit par : Françoise | 19/10/2007

La question est:
Cette disposition legislative aura t'elle des consequences chiffrables (probable) sur notre économie
Si la réponse est:
Oui de façon significative alors "Montjoie Saint-Denis ! "
Non de façon trés claire alors "Bravo Charançon ! "
Vous avez certainement la reponse ?

Écrit par : antimythe | 19/10/2007

@ Françoise : au contraire, tu fais bien.
D'ailleurs, je vais préparer ma lettre, aussi. Après tout, Saint-Nicolas aura peut-être aussi une petite disposition pour moi, style réduction des taxes sur les tabacs et les alcools, amnistie routière totale ou déduction de 20 % de l'impôt sur le revenu pour les contribuables n'investissant jamais dans rien.

@ Antimythe : disons que je crois avoir la réponse.
Vous avez dû le remarquer, puisque vous fréquentez régulièrement ce bloug : je ne crois pas une seconde dans les effets bénéfiques des cadeaux faits aux plus riches. Même quand il s'agit, en apparence, de les encourager à investir dans leur propre entreprise.

Je ne pense surtout pas qu'offrir aux assujétits à l'ISF une possibilité de déduction fiscale supplémentaire aura d'autre effet que de leur permettre de conserver précieusement leurs noisettes.
Et là, c'est pire : il s'agit de leur permettre de fortifier leur position acquise à peu de frais. On encourage le capitalisme familial, la constitution de petites forteresses de famille, puisque "cette déduction porte sur 75 % des sommes investies, dans la limite de 50 000 euros, à condition que le bénéficiaire possède 25 % au moins de l'entreprise, directement ou par l'intermédiaire de ses proches (conjoint, frères et soeurs...)", selon Le Monde.

Bref, les seules personnes à tirer bénéfices de cette disposition seront les patrons et leurs familles. Lesquels placeront leurs noisettes supplémentaires à la banque (effet positif nul), dans l'immobilier (effet spéculatif certain) ou à la bourse (effet spéculatif certain).

Donc : je n'y crois pas. Et regrette énormément qu'en ces temps économiquement difficiles, l'on se prive d'une recette fiscale en otant à l'ISF toute portée.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 19/10/2007

"Même quand il s'agit, en apparence, de les encourager à investir dans leur propre entreprise. "
Pourquoi En Apparence ?
Alors que la condition pour beneficier de cette avantage fiscale c'est l'investissement dans l'entreprise
Il faudrait savoir s'il vaut mieux encourager l'investissement y compris en contrepartie de mesures fiscales
Ou encourager les placements financiers qui pour un petit malin lui permettra de trouver facilemnt ou une niche fiscale pour echapper en partis a l'impot (investissement dans des oeuvres d'art par exemple)
ou tout simplement investir a l'etranger
Nos entreprises souffrent d'un manque d'investissement,depuis de nombreuses années
Quand a l'enrichissement des "familles bourgeoises" si les mesures fiscales sont destinées a les empecher de s'enrichir,elles iront ailleurs faire fortune comme c'est le cas pour beaucoup
Entraide,solidarité par l'impots ne veut pas dire mort aux riches sauf pour l'extreme gauche,et encore.....

Écrit par : antimythe | 19/10/2007

Pas de commentaires ...... des images !!! Une jolie vidéo de la Fondapol (Fondation pour l'Innovation Politique, think Tank mis en place sous Jacques Chirac) !

http://www.dailymotion.com/fondapol

Enjoy !

Écrit par : Violette | 19/10/2007

@ Antimythe : rien à voir avec "mort aux riches". Mais juste cette conviction profondément ancrée que la richesse donne des responsabilités vis-à-vis du pays où elle s'est réalisée. Une bête question de morale, en fait. Qui se résumerait ainsi : t'as un max de thunes ? alors, tu payeras davantage, bien davantage, d'impôts pour aider ceux qui n'en ont pas. C'est tout.

Quant à l'argument "si les mesures fiscales sont destinées a les empecher de s'enrichir,elles iront ailleurs faire fortune comme c'est le cas pour beaucoup", il me fait juste un brin (beaucoup) poiler. Si ces gens n'ont aucune morale ni sens civique, qu'ils se cassent. Mais que l'on arrête de faire des cadeaux à ceux qui n'en ont pas besoin sous prétexte qu'il faut les retenir.
(D'ailleurs, combien ont-ils été à revenir depuis l'élection de Sarko, tous ces expatriés de l'ISF ? Peu, très peu. Ce type de personnage trouvera toujours un endroit où les impôts sont moins lourds, où ses revenus sont moins taxés. A moins de s'aligner sur la fiscalité des îles Caïman, ce type de combat est perdu d'avance)

@ Violette : merci, c'est du lourd en effet. Je ne suis pas sûr d'avoir tout saisi, mais quand même certain de ne pas partager leur vision des choses
Sauf… Sauf sur un point, quand l'un d'entre eux explique que les jeunes sont les grands oubliés du système, convaincus de ne pas en bénéficier de la même façon de leurs aînés. Là, ok : je pense en effet que c'est une question essentielle.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 19/10/2007

Au Charançon et à toutes & tous,

Oui c'est du très, très lourd ! Je vous rcommande d'aller faire un tour sur le site de la Fondapol : http://www.fondapol.org/v2/index.php !

Ce think-tank a une très grosse influence. Ce sont des groupes comme ceux là qui ont un énorme pouvoir. Ils ont tous des virtines sur le web, rien n'interdi d'aller voir ce qu'ils font, ce qu'ils pensent, ce qu'ils écrivent ! juste lire la liste des articles que Fondapol a (fait) publier dans la presse......

Il faut toujours connaître l'autre sous peine de se tromper de stratégie ! :-)

V.

Écrit par : Violette | 19/10/2007

L'économie serait en train de changer: les emplois peu ou pas qualifiés et peu rémunérés (caissière, routiers, aide aux personnes, ect) devraient exploser dans les années à venir, de même que ceux de hautes qualifications/compétences bien rémunérés (cadre sup). En même temps, les emplois dits "intermédiaires" perdront de nombreux emplois.
Cette polarisation se vérifie surtout aux Etats-Unis, la France restant un pays où la classe moyenne dans tout son spectre fait de la résistance. Mais on devrait y venir.

Se dirige t-on vers une société de serviteurs, ou les modestes travailleraient pour assurer le train de vie des plus aisés?
Cette interrogation est à mettre en rapport avec les mesures visant à moins imposer les plus riches tandis qu'on envisage ou demande des efforts à tous (franchises médicales, hausse de la TVA, diminution des services publics, etc).

Écrit par : Jean-Léon Saint-Bernard | 19/10/2007

Se dirige t-on vers une société de serviteurs, ou les modestes travailleraient pour assurer le train de vie des plus aisés?

Question superflue cher Jean-Léon ! Nous y sommes et y avons toujours été .... Pas d'illusions. Les "30 glorieuses" ne furent qu'un répit pour la classe moyenne. Pas plus. La reproduction des valeurs bourgeoises (je n'aime pas trop parler ainsi mais je ne vois pas d'autres termes) a toujours été là, la résisiance aussi :-)

V.

Écrit par : Violette | 20/10/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu