Avertir le modérateur

16/11/2007

Les capucins ont plus de classe que nous. Au moins, eux, ils se révoltent, ces enfoirés de singes…

c0164949ec2f6ac7f58b5861af9e65dd.jpg

 

 

Euh…

Vous connaissez les capucins ?

Oui : les moines du même nom.

De qui d'autre voulez-vous que je parle ?

 

Donc : les capucins.

Un ordre de la famille des franciscains.

Composé de religieux désireux de perpétuer le souvenir de Saint-François d'Assise.

Qui ont mené des vies d'ermite, dans le dénuement le plus complet.

Avec une idée-forte : se détacher des contingences matérielles.

Et exister sur le modèle de leurs frères humains les plus misérables.

 

293c5d5b6edad8a20cc4df9ed52df27f.jpg

 

Euh…

Vous connaissez les capucins ?

Oui : les singes du même nom.

De qui d'autre voulez-vous que je parle ?

 

Donc : les capucins.

Soit des primate platyrrhinien, appartenant à la famille des cébidés.

Singes sympathiques dont Le Figaro nous apprend qu'ils ont un sens profond de l'iniquité.

Et s'énervent quand un de leur camarade reçoit, à travail équivalent, une rénumération plus avantageuse.

"Ils finissent par se mettre en colère lorsqu’en échange d’un jeton, ils ne reçoivent qu’une tranche de concombre au lieu d’un grain de raisin comme leur voisin. Ils vont même jusqu’à jeter en l’air le jeton et la nourriture, qu’ils auraient acceptés sans élément de comparaison", explique le journaliste, citant les travaux d'un célèbre primatologue.

Lequel nous révèle aussi que leur "aversion à l’iniquité est aussi proportionnelle au travail fourni : les singes s’attendent aussi à gagner plus en travaillant plus, et réagissent d’autant plus que leur propre récompense leur paraissait dérisoire".

Rigolo, non ?

Oui…

 

7b2b788e4fd6bc8a843d5047a22a7e4a.gif

 

Où je veux en venir ?

Et bien…

Euh…

(Je vous préviens : c'est tordu)

Voilà : j'ai la vague impression que nous sommes de moins en moins capucins (le singe).

Tout en l'étant de plus en plus (le moine).

Que nous perdons de notre faculté d'indignation et de rebellion.

Dans une société où exclusion et stigmatisation vont croissant.

Que nous n'ouvrons plus beaucoup notre gueule pour protester.

Alors qu'il n'y a jamais eu autant de raisons de le faire.

 

Un peu tiré par les cheveux ?

Pas tant que ça.

La preuve avec ce papier publié dans les pages Rebonds de Libération, Le mythe d'un pays gréviste.

Dans lequel le juriste François Doutriaux brise une idée reçue incroyablement répandue.

Celle que la France "serait une nation grévicultrice", lançant des mouvements sociaux pour un oui et pour un non.

Et battant le pavé à la moindre occasion.

Alors que…

C'est exactement l'inverse.

"Le nombre de journées individuelles non travaillées pour fait de grève était de 4 millions en 1976, 3,5 millions en 1984, 2,1 millions en 1988, 900 000 en 2000, 1,2 million en 2005. En dehors de pics spécifiques (1982, 1995, 2001), l’ampleur et la fréquence des mouvements sociaux ne cessent de diminuer alors même que la population active ne cesse d’augmenter", remarque l'auteur.

Lequel démontre aussi que nous sommes beaucoup moins grévistes que nos voisins : "Second élément du mythe, la France recourrait davantage à la grève que ses voisins. Sur la période 1970-1990, la France est onzième sur les dix-huit pays les plus industrialisés en termes de journées non travaillées pour fait de grève. (…) Sur la période récente (1990-2005), la France demeure onzième sur dix-huit."

 

Surprenant, non ?

Oui.

Et même un peu décevant : nous ne sommes ni plus ni moins revendicatifs que les autres.

Plutôt moins, même.

Et notre réputation de grandes gueules prêtes à édifier des barricades dès que l'on touche à notre modèle social s'avère usurpée.

Bref : le capucin (le singe) n'est pas spécialement français.

Et s'il fallait choisir un animal pour le devenir, la moule sagement accroché à son rocher aurait plus de chance d'être retenue.

 

1c077086d63bab30c9aa64d5c995016f.jpg

 

Et pourtant…

Pourtant, il n'y a jamais eu autant de raisons de s'insurger.

De descendre dans la rue.

Et de protester.

Ce que montre une étude de l'Insee.

Etablissant que, pour la première fois depuis le debut des Trente glorieuses, les inégalités repartent à la hausse.

Et qu'après une longue période de progrès sociaux constants, la tendance est en train de s'inverser.

"Le mouvement de baisse des inégalités de niveau de vie et de la pauvreté, régulier depuis les années 1970, s'est essoufflé depuis 2002, la pauvreté ayant même légèrement augmenté en 2005, tandis que les inégalités de patrimoine se sont, elles, renforcées entre 1997 et 2003", résume Le Monde.

 

On découvre ainsi que la France a gagné 260 000 pauvres supplémentaires entre 2004 et 2005.

Ce qui, même si l'Insee prétend que ce "ne saurait être interprété comme une tendance", fait quand même un bon paquet de miséreux en plus.

Soit un max de nouveaux convertis aux mérites du dénuement.

Et du détachement selon Saint-François d'Assise.

Bref, les capucins (les moines) ont la cote en France.

 

f36cb5246477e8f56be2c86fe1d10275.jpg

 

Et ce n'est pas prêt de s'arranger.

L'étude de l'Insee, qui s'arrête à l'année 2006, le souligne : "C'est le système de redistribution qui permet de corriger les inégalités."

Päs vraiment une surprise, hein ?

Non.

Pas plus que ne le seraient les résultats d'une étude semblable menée dans le futur.

Une fois que le gouvernement en aura fini avec les spécificités du modèle social à la française.

Et que Sarkozy nous aura définitivement converti au thatchérisme.

 

Zallez voir : il y en aura tout plein, des moines capucins.

Parce que nous n'aurons pas été capable d'ouvrir notre grande gueule pour protester.

Et qu'un singe saurait mieux défendre ses acquis que nous.

Bande de moules…

Commentaires

Ô Merci Ô merci N(otre) S(eigneur) !

Alllllllelllllluïaaaaaaa aux plus haut des cieux !

Sanctifiés et auréolés

Comme les bons Capucins de jadis

Nous irons tous au Paradis !

Écrit par : Françoise | 16/11/2007

Oups !

"aux..." Sans "x"

Écrit par : Françoise | 16/11/2007

Allons, Monsieur Charançon, ne soyez pas si négatif!
Toujours là à critiquer!
Regardez aussi les bons côtés de notre Douce France:

Selon le cabinet Proxinvest, les patrons du CAC 40 avaient touché en 2004 en moyenne 162 années de Smic sous forme de rémunération classique, et l’équivalent de 204 années de Smic sous forme de stock-options.
Soit au total 5.6 millions d’euros en moyenne et 366 années de Smic !

C'est pas rien ça?
Allez, je retourne sur ma branche ...

Écrit par : lev | 16/11/2007

C'est beau, quand même, au fond... quand on y pense.

Quoi donc ?

Mais cet émerveillement du Figaro sur ces prodiges accomplis par des singes. Capables de revendications sociales, les petits sapajous (capucins, si vous voulez, c'est tout comme). Bien trompeurs et rusés, avec leur nom de moine qui semble indiquer qu'ils obéiront bien à la règle ! Comme ils sont finauds !

En revanche, j'imagine que les autres pages sont bourrées d'attaques contre ces maudits syndicalistes qui font subir des pressions aux non-grévistes, qui prennent en otage l'usager (marrant, jamais j'ai vu Florence Aubenas employer ce terme dans un de ces papiers. Allez comprendre). Ce qui est bien normal.

Car, pour le Figaro, pour la presse de droite, c'est, il me semble, le postulat : le salarié vaut moins que le singe. Le singe a le droit à la revendication. L'employé, non.

Mettez-vous ça bien dans la tête !

Écrit par : Redolegna | 16/11/2007

L'emploi et le pouvoir d'achat des salariés en hausse
16/11/2007 - L'Expansion.com

L'emploi salarié dans le secteur concurrentiel a progressé en France de 0,2% au troisième trimestre (+38.200 postes) et de 1,6% sur un an, totalisant 15,9 millions de salariés au 30 septembre, selon des chiffres provisoires diffusés vendredi par le ministère de l'Emploi. La progression de l'emploi salarié, en glissement annuel, se maintient depuis janvier à un rythme plus soutenu que durant l'année 2006. Mais le nombre de créations d'emploi a fléchi au troisième trimestre, alors que la croissance a rebondi. Au deuxième trimestre, l'économie a totalisé 64.800 créations d'emplois salariés, après 109.000 au premier trimestre.

La croissance de l'emploi est resté vigoureuse dans la construction au troisième trimestre, avec une progression de 1,1% des effectifs par rapport au trimestre précédent, et de 4,3% sur un an et il a ralenti dans le tertiaire. Les effectifs de l'intérim ont diminué au troisième trimestre de 0,8% (-5.200), mais restent en hausse sur un an (+3,9%). Enfin, l'hémorragie entamée depuis six ans dans l'industrie a continué avec une baisse des effectifs sur le troisième trimestre de 0,4% et de 1,2% comparé au troisième trimestre 2006.

Le salaire mensuel de base (SMB) a augmenté de 0,7% au troisième trimestre par rapport au précédent et de 2,6% sur un an, davantage que les prix, selon un indice provisoire, également diffusé par le ministère de l'Emploi. Les prix à la consommation pour l'ensemble des ménages et hors tabac ayant augmenté de 0,2% au troisième trimestre et de 1,4% entre septembre 2006 et septembre 2007, le pouvoir d'achat des salaires a augmenté de 0,5 point sur le trimestre et de 1,2 point sur l'année. Par secteur, le SMB a progressé le plus fortement dans le tertiaire (+0,8%), devant l'industrie (+0,6%) et la construction (+0,5%).

Écrit par : antimythe | 16/11/2007

« le système de redistribution qui permet de corriger les inégalités »
Si on commence à avaler ça... on prend sa carte au PS.
« De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » c'est moins fashion.

Un article de Catherine Vincent dans le Monde du 10 août 2006 au sujet du concombre et du raisin :
«ils ont des comportements de consolation, de partage et de réciprocité» (…) «ils peuvent se montrer altruistes et donner spontanément un coup de main, pour ramasser par exemple un objet tombé à terre, sans espérer de récompense en retour... Un portrait qui, tout compte fait, ressemble étonnamment à celui que nous voyons de nous-mêmes dans le miroir. »
Le miroir a été salement déformé depuis. L'interprétation du Figaro n'est pas mal non plus.

Écrit par : i zimbra | 16/11/2007

Et il faut ajouter surtout que la France connaît moins de journées de grèves que l'Allemagne ! Alors qu'on nous vante si souvent le modèle social allemand où les syndicats bien disciplinés votent la grève seulement lorsque toutes les voies de recours lors des négociations sont épuisées. Alors que les chemins de fer allemands sont actuellement engagés dans une grève qui peut durer jusque Noël ! Quand on pense que l'on évoque l'apocalypse en France pour une grève qui vient juste de commencer et qui n'est même pas générale. Ach ! les Allemands si disciplinés et organisés seraient plus revendicatifs que les Français ! Gross malheur !

Cette sempiternelle comparaison de nos syndicats français à la situation allemande me fait largement rire... Elle tient des clichés journalistico-politiques sans aucune connaissance de l'Allemagne. En fait, les grèves se déroulent la plupart du temps par Länder en Allemagne puisque tout est décentralisé, donc c'est moins spectaculaire qu'en France où les mots d'ordre sont souvent nationaux et que les mouvements locaux ont peu de chance d'être médiatisés (il avait fallu trois mois pour que l'on découvre que l'académie de la Réunion était en grève contre le faux Ferry, puisque rien ne filtrait dans la presse nationale). Cela vient aussi du très grand nombre de PME en France : ce n'est pas dans ces secteurs que les gens peuvent avoir le courage de syndiquer ou de débrayer. Il ne reste donc plus que les grands services publics (SNCF, RATP, EDF, La Poste) où les syndicats restent encore un peu vaillants et un peu influents, avec des appels nationaux. Cela donne des images de "galère" et "d'usagers en colère", le tout sur fond de braséros et de palettes brûlées (très utile comme mythe iconique le braséro, cela fait tout de suite penser au feu révolutionnaire) sans aucun rapport avec la réalité : des moments de crise limités à deux ou trois grandes entreprises de manière très ponctuelle parce que ce sont les seules où le fait de se mettre en grève peut avoir une conséquence économique directe et rapide (une grève d'enseignants ne fait pas peur quand on met son enfant dans le privé et la dernière grande grève a laissé beaucoup de monde par terre devant son banquier, si bien qu'on n'ose plus dans l'EN). Cela donne des images aux JT et sans images on n'existe pas.

Écrit par : Dominique | 16/11/2007

Effectivement nous nous soulevons de moins en moins. Peut être par crainte. Les inégalités se creusent, c'est sûr, et les chiffres attestent que les français se soulèvent bien peu face à cette injustice. Mais il me semble que les mentalités divergent elles aussi de plus en plus et se heurtent les unes aux autres de façon violente. On a pu voir à Nanterre le résultat. Ne serait-ce pas là les prémices d'une, le terme est un peu fort c'est vrai, guerre civile. Peut être la peur de voir de telles violences se multiplier empêche les français de se remuer? Mais je me trompe sûrement, que viendrait faire une pensée humaniste dans cette merde? Nous sommes des larves ou des "moules" pour être plus gentil. ILS EST TEMPS MES FRERES DE NOUS SOULEVER CONTRE CE GOUVERNEMENT et arrêter de se dire « dans les autres pays c'est affreux, il y a tant de malheur, de guerre, ici ça va pas si mal alors taisons nous. » NON!!!

Écrit par : eloxil | 16/11/2007

@ Lev,

"Selon le cabinet Proxinvest, les patrons du CAC 40 avaient touché en 2004 en moyenne 162 années de Smic sous forme de rémunération classique, et l’équivalent de 204 années de Smic sous forme de stock-options".

C'est tout ? Il y a bien mieux :

"En 2006, Bernard Arnault (LVMH) a touché l’équivalent de 27 000 années de Smic net en dividendes et les revenus de Louis Schweitzer (ex-Renault) se sont montés à un millénaire de Smic. 100 ans, 500 ans, jusqu’à 27 millénaires de Smic en une année. Même une fois les impôts payés (non comptabilisés dans les données ci-contre), les émoluments des grands patrons — publiés par le magazine Capital — demeurent considérables. Le talent exceptionnel de certains d’entre eux mérite une récompense importante. Si les inégalités de revenus sont largement acceptées, on voit mal comment la compétence, le talent, la responsabilité, l’effort ou la créativité pourraient justifier de tels revenus. D’autant plus que les niveaux de rémunérations des grands patrons sont parmi les plus élevés en Europe. Le millénaire de Smic de l’ex PDG de Renault, Louis Schweitzer (devenu président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, la Halde) ont de quoi faire rêver les salariés du groupe. Mais les plus gros bonus viennent des dividendes : avec 326 millions d’euros en 2006, Bernard Arnault (PDG de LVMH, numéro un du secteur du luxe) encaisse 27 000 ans de Smic. Et comme le souligne Capital, les revenus de certains ont augmenté de 25 % en un an".

http://www.inegalites.fr/spip.php?article346

Écrit par : Françoise | 16/11/2007

@ Françoise : tu t'emballes un peu, là…
Pas sûr que Saint-Pierre voit d'un très bon oeil se pointer les chevaliers de la République laïque, héritière de Combes et de Jaurès. A mon avis, au mieux, tu peux espérer le purgatoire…
:-)

@ Lev : si, si, c'est beau. Sûr même que les capucins n'y trouveraient rien à redire : que les macaques en chef gagnent plus de grains de raison que nous, pauvres représentants de la plèbe primatesque, ne me choque en aucune façon…

(Il reste une place sur ta branche ?)

@ Redolegna : c'est exactement ça. L'égalité et les revendications sociales, c'est mignon et rigolo tout plein quand c'est un sujet d'étude éthologique. Ça devient beaucoup moins sympa et attachant quand cela concerne la basse populace qui-fait-rien-tant-qu'exiger-des-avantages-auquelle-elle-ne-devrait-plus-avoir-droit.

Et oui : le reste du Figaro n'était consacrée qu'à ces abominables grévistes, le couteau entre les dents et agitant le drapeau rouge, juste préoccuppés de prendre la France en otage. A Cayenne, les salopards !

@ Antimythe : suis-je bête, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… Promis, promis : je ne douterai plus.

@ Zimbra : "Le miroir a été salement déformé depuis".
Oui : il faudrait que les singes nous donnent quelques leçons en matière de compassion et d'ouverture aux autres. Ça ne pourrait pas nous faire de mal.

(Mais en ce moment, c'est plutôt sur les caïmans et sur les serpents à sonnette qu'on prend modèle…)

@ Dominique : "Ach ! les Allemands si disciplinés et organisés seraient plus revendicatifs que les Français ! Gross malheur."
Eheh, c'est exactement ça. On n'en finit plus de tomber et tomber encore : se retrouver de plus piètres manifestants que les Teutons… La honte.

Sur tout le reste, je ne peux rien ajouter. Tant je dodeline de la tête pour dire mon accord avec tes propos. Deux mouvements d'ampleur tous les dix ans ne sauraient camoufler l'atonie revendicative règnant sur la France.

@ Eloxil : "Mais il me semble que les mentalités divergent elles aussi de plus en plus et se heurtent les unes aux autres de façon violente. On a pu voir à Nanterre le résultat."
Oui, de ce côté-ci, les choses évoluent. Et deux France se dessinent clairement, qui n'ont plus grand chose à voir les unes avec les autres. C'est étonnant, ce creusement des antagonismes.

@ Françoise (bis) : vu le salaire, c'est plus un capucin, celui-là. Mais carrément le gorille en chef…

Écrit par : Le Charançon Libéré | 16/11/2007

@ Charançon,

Bon, d'accord, je vais m'amender.

Quelques prières à saint Fric pour chacun de nos miséreux PDG, un cierge (deux ! au diable mon bifteck) chaque soir devant la photo (que je vais accrocher de suite à côté de mon lit) de N(otre) S(eigneur) (j'aurai bien mis un "a" à seigneur... mais c'est encore 100 ans de Purgatoire), je réciterai des chapelets pour Mme Boutin qui n'a plus les mains libres avec son fil à plomb et sa truelle, je ferai des neuvaines pour tous nos biens aimé-e-s ministres et ministrEs chaque mois.

Ça ira, ça ira, ça ira... ?

Écrit par : Françoise | 16/11/2007

Depuis plusieurs décennies, il n'y a quasiment plus de grève dans le secteur privé.
Bizarre... Les caisses noires du MEDEF, ça vous dit quelque chose ?

" Et tandis qu’on alourdit la loi du petit, du pauvre, de l’exclu, Sarkozy s’est engagé à demander au Parlement d’alléger les lois et les contrôles pour ces grands affairistes !
La mentalité ce ces « entrepreneurs-là » est entièrement révélée, projetée sur grand écran, au travers de cette affaire : la prétendue « libre concurrence » capitaliste n’a rien de sain, elle repose sur ce type de corruption : délit d’initiés et pots-de-vin en liquide. Ce n’est pas « la croissance » qu’ils vont chercher « avec les dents » mais leurs profits sans limites. Copains et coquins, complices et associés, initiés et cyniques, ne sont pas des « risquophiles » ni des créateurs de richesses : ils s’assurent avant tout contre tout risque en détruisant les droits du travail, en corrompant des élus, et en cherchant à briser, par des caisses secrètes, le droit de grève pourtant constitutionnel. Avec les dents, avec les dents !"
Gérard Filoche

Le reste, c'est là: http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=5607

Écrit par : Pachenka | 16/11/2007

Encore une exclusion collective à la CFDT ! Radiation d’un syndicat de 900 métallos.

Décidément, il ne ferait pas bon vivre en France, si la dynastie autoproclamée Maire-Notat-Chérèque y détenait tous les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, comme elle y est parvenu dans la CFDT, au prix de plus de trente ans d’efforts pour normaliser méthodiquement le grand syndicat autogestionnaire des années Lip-larzac, en épurant progressivement un million d'’adhérents, par découragements et départs forcés.

D’après “Ouest-France” de ce matin lundi 12 novembre 2007 (toutes éditions, page 5).

La CFDT radie un syndicat de 900 métallos.


La procédure est très rare : le bureau confédéral de la CFDT a radié le Syndicat de la métallurgie du Douaisis, dans le Nord. Le différend porte, en substance, sur la place et le pouvoir, jugés trop importants, pris la section de l’usine Renault de Douai qui fournissait 600 des 900 adhérents du syndicat. Une partie des syndiqués a décidé de rejoindre le syndicat Sud.

(texte intégral de Ouest-France).

Notre commentaire : En fait, on reprochait en haut lieu à cette section d’avoir trop bien fait son travail, donc d’avoir trop de syndiqués, qui auraient pu avoir un jour la prétention exorbitante de prendre leur “place” dans le mouvement syndical… Intolérable ! Comprenne qui pourra ! Il y a longtemps que la CFDT ne souhaite plus de syndiqués militants, seulement une masse d’électeurs de droite aux élections professionnelles, et un appareil pléthorique de permanents béni-oui-oui, qui s’occupe à défaire le Droit social avec les experts du MEDEF (quand il seront parvenus ensemble à ce coup d’Etat permanent : à obtenir que les accords dérogatoires remplacent partout la Loi démocratique égale pour tous.)

Agence de presse CFDT-Reconstruction.

Écrit par : Phil | 16/11/2007

Il y a longtemps que je pense que la CFDT est un sous-marin du patronat. Cela semble se confirmer. Ça s'était aggravé avec Nicole Notat, pourquoi ça changerait ?

(Nicole Notat, PDG de Vigeo : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vigeo).

Quant à Mr Chérèque... "il a donné à la revue Le Meilleur des Mondes un entretien sur sa vision du libéralisme intitulé: « En France, on n’évoque la mondialisation qu’à travers ses effets négatifs ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/François_Chérèque

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Meilleur_des_Mondes_%28revue%29

La CGT propose de négocier, la CFDT veut être un syndicat sans syndiqués. On est mal parti, là.

Écrit par : Françoise | 16/11/2007

@ Françoise

pas besoin d'être grand clerc pour savoir à quoi s'attendre avec ces gens là:
il suffit de regarder la couleur de fond de leur logo ...

http://www.cfdtcheminots.org/

Écrit par : lev | 16/11/2007

@ Lev,

C'est beau comme le soleil ! :D

Écrit par : Françoise | 16/11/2007

On se souvient que la ville de Saint-Dizier avait fait la une des journaux il y a un mois à peine, suite à une nuit de violences qui donnaient de belles images de voitures brûlées. Cela faisait du spectaculaire : vindiou ! le Neuf-Trois au cul des vaches, les HLM de banlieue perdus en cambrousse, à deux mètres du pré... Ben... maintenant, au beau milieu des grosses grèves générales, cela n'intéresse plus guère personne lorsque l'on apprend que Miko, le principal employeur privé de la ville, veut licencier la moitié de son personnel (et c'est le ixième plan social dont on n'a jamais parlé dans la presse nationale). S'il y a un débrayage, une grève, une occupation d'usine, un défilé, on ne les verra jamais et malheureusement pour les employés de Miko, ils n'ont pas des produits explosifs (les glaces, c'est pas le top pour la lutte de classes) sous la main pour faire un gros coup qui leur donnerait une visibilité comme Cellatex à Givet, coin encore plus perdu. On a parlé de Saint-Dizier quand il y avait de belles images dignes des polars de TF1, mais maintenant c'est terminé, car on a d'autres images.
http://libestrasbourg.blogs.liberation.fr/actu/2007/11/pour-geler-le-p.html#comments
http://www.wsws.org/francais/lutouv/2000/juillet00/21juillet00_occfr.shtml

Écrit par : Dominique | 16/11/2007

@ Françoise : s'il y a neuvaines et chapelet, ça devrait aller (au pire, je peux te vendre quelques indulgences que j'ai en rab)

@ Pachenka : j'aime bien Gérard Filoche, merci pour le lien. :-)

@ Phil : la CFDT ne cesse de repousser les limites. Creusant chaque jour plus profond. Y a pas, ça, c'est de l'authentique syndicalisme de combat…

@ Françoise (bis) : comme pour les partis, il n'y a plus grand chose à attendre des syndicats. Une règle qui vaut sans doute pour toutes les formations de masse frayant depuis trop longtemps dans les allées du pouvoir. Et qui a bénéficié de ses largesses, via ses caisses noires.

@ Lev : ça, c'est un joli logo , sans doute acheté quelques centaines de milliers d'euros à une équipe de créatifs parisiens. Tous des guignols…

@ Françoise (ter) : à tel point qu'on ne peut vraiment le regarder en face sans avoir envie de détourner les yeux.

@ Dominique : la détresse des salariés du privé, payés au Smic et virable à merci, n'intéresse en effet personne. Alors, quand en plus ça se passe à Saint-Dizier…

Écrit par : Le Charançon Libéré | 17/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu