Avertir le modérateur

11/12/2007

Kangourou-rat du désert, lamproie endémique des Etats-Unis, grizzli mexicain et classes moyennes même combat ! Trinquons aux espèces en voie de disparition...

 

 

Les animaux ?

Ils m'emmerdent.

M'ennuient.

Me fatiguent.

Et je crois que je me porterais mieux s'ils disparaissaient totalement de la surface de la terre. 

 

995e245448df12a017ac27cd28af636e.jpg

 

Bref : je suis animophobe.

Et pas qu'un peu, hein...

Totalement.

Au dernier degré.

A tel point que je célèbre toujours avec faste la disparition d'une espèce.

Et que je fête joyeusement toute extermination d'une famille d'animaux.

Ne ratant pas une occasion de clamer ma haine des petites et grosses bêtes.

 

J'exagère ?

Même pas.

Que croyez-vous que j'ai fait en 1936, quand le dernier kangourou-rat du désert s'est éteint en Australie.

Oui : champagne !

Et en 1953, quand l'ultime lamproie endémique des Etats-Unis a cessé d'agiter ses petites nageoires ?

Pareil : champagne !

En 1960, quand l'unique grizzli mexicain survivant a passé l'arme à gauche ?

Encore : champagne !

Ou l'an passé, quand le seul dauphin du fleuve Yang-Tsé encore en vie a poussé son dernier soupir avant de se laisser emporter par le courant ?

Toujours pareil : champagne !

 

42d8c699b63f1c22b8e97c6502241a16.jpg

(D'ailleurs, il faut que je me méfie : à force, les bulles commencent à me monter à la tête...)

 

Je sais que cela peut paraître un peu spécial.

Un brin macabre et tordu.

Mais je suis comme ça : j'aime à savoir que l'être humain poursuit sans relâche son oeuvre ravageuse.

Qu'il continue si talentueusement à faire le vide autour de lui.

Et comme je ne dédaigne pas non plus lever le coude de temps en temps.

J'ai trouvé le moyen idéal de conjuguer mon appétance alcoolique et ma haine des animaux.

 

Pour vous dire : j'ai déjà mis la prochaine bouteille au frais.

Et je sais que d'ici peu, j'aurai l'occasion d'en faire sauter le bouchon.

Pour me noyer avec délice dans un océan de bulles pétillantes.

Attention : ça sera un grand cru ce coup-ci.

L'une de ces illustres bouteilles que Le Figaro recommandait récemment à ses lecteurs.

Peut-être un flacon de la cuvée Amour de 1998 de chez Deutz, à 155 €.

Ou bien un coffret Moët et Chandon brut Impérial, à 260 € ?

 

Quoi ?

Je ne me refuse rien ?

C'est vrai que ce n'est pas donné.

Mais l'occasion sera un peu spéciale, cette fois-là.

Tant on n'a pas tous les jours l'occasion de trinquer à l'extinction et à la disparition des classes moyennes.

Ni de vider son verre à la santé de la paupérisation de la société française.

 

Rien de neuf, dites-vous ?

Oui.

On savait déjà que le modèle des Trente Glorieuses, époque fastueuse qui avait vu l'embourgeoisement d'une grande partie de la population, n'était pas promis à durer.

Et que la société française, après avoir un temps offert de meilleures conditions de vie à la majorité, avait vite revu grandir les inégalités.

Une évolution que l'économiste Alain Lipietz avait théorisée.

Soulignant la fin d'un modèle de société en montgolfière, où la base (classes populaires) et le sommet (classes aisées) sont largement moins nombreux que le centre (classes moyennes).

Et pronostiquant l'avénement du modèle de société en sablier, où le centre a disparu et où la base ne cesse de prendre de l'ampleur.

 

On le savait.

Mais les premiers résultats d'une étude du Credoc (consultable ici), menée sur la période 1980-2007, viennent de le confirmer.

Montrant que les bas-revenus sont de plus en plus touchés par le chômage.

Se voient davantage imposés des temps partiels.

Ont de plus en plus de difficultés à accéder à un logement et à se constituer un patrimoine.

Sentent peser moultes menaces sur leur santé.

Et ont tendance à voir l'avenir en noir.

 

44ef5db47b244a9fed90e7201d6e7b48.jpg

 

Je sais : ce n'est pas vraiment une surprise.

Si ce n'est pour Le Figaro : "La situation des plus nombreux s’est rapprochée de celle des ménages touchant les plus bas revenus au cours de ces vingt-cinq dernières années. Dans le même temps, la situation des Français touchant les plus hauts revenus s’est améliorée. De quoi alimenter la polémique autour du «paquet fiscal» dont l’opposition déplore qu’il soit réservé aux «plus riches»", euphémise ainsi le quotidien des patrons.

 

En ce qui me concerne, je me garderai bien d'être aussi négatif.

Et je me contenterai de dire ma confiance en Christine Lagarde.

Sémillante ministre des Finances qui n'en finit plus de promettre de décrocher la Lune.

Et de s'engager à dénicher les points de croissance nécessaires à renverser cette tendance à la paupérisation.

Jusqu'à jurer que les salariés gagneront un mois de salaire supplémentaire l'an prochain.

Cette blague...

 

De toute façon, s'il n'en est rien, je m'en fiche.

La bouteille est au frais.

Et je sens que je ne vais pas tarder à en lamper les premières gorgées.

A la santé des classes moyennes disparues.

Champagne !

 

a0d344f8a6c29af9f261a5158fd6cd3e.jpg

 

Commentaires

"Il faut prendre l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez les pauvres. Bon d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent, mais il y a beaucoup de pauvres." 
 — Alphonse Allais (in "Le Sourire")

Mais quand les pauvres n'en auront plus assez pour ne pas crever de faim...

Écrit par : Françoise | 11/12/2007

Tiens, je pense que les animaux ont parfois de idées...


http://img262.imageshack.us/img262/9500/couragedoctissimorp7.jpg

Écrit par : Françoise | 11/12/2007

oh eh l'autre,
j'en ai connu des qui se montraient légérement plus papa gâteux avec leur chat, n'hésitant pas à braver leur allergie urticante pour 5mn de dorlotage dudit félin (naze comme tout, en plus)
gare, la désinformation journalistique te guette...

Écrit par : Lémi | 11/12/2007

Hé, Charançon,

Pour que la droite bling bling ne rigole pas de tes (excellents) billets... Je crois que 'moult' est invariable.
Voir ci-dessous :
http://chouxdesiam.canalblog.com/archives/2005/11/03/961258.html

Écrit par : Bracame | 11/12/2007

Alors ça, c'est marrant, Charançon.

Figurez-vous, heureux hasard, que pas plus tard que samedi, je planchais sur un sujet joliment intitulé "Est-ce une bonne politique que de favoriser la classe moyenne" ?

Et, le croirez-vous ? j'ai répondu oui. Après les trois parties de rigueur. Ce qui emportait le morceau, au fond, c'était le risque dingue pris par une politique qui ne la favoriserait pas (ne les favoriserait pas, en fait, elles sont plusieurs). Maltraitance économique et ce sont les partis responsables qui ont à en souffrir, maltraitance politique, là, on a droit à une belle flambée de violence révolutionnaire.

Ça n'est que l'avis d'un étudiant, bien sûr.

Mais ça m'a réconforté d'avoir tiré mon opinion au clair.

Écrit par : Redolegna | 11/12/2007

Bonsoir Charançon, à propos de classe moyenne, voici une lettre ouverte au peuple de France, d'un retraité étazunien. Il a tout comprit le gars.
http://futurquantique.org/index.php?option=com_content&view=article&id=264%3Alettre-ouverte-au-peuple-de-france&Itemid=103

Écrit par : Natali | 11/12/2007

@ Françoise : héhé, j'en ai une aussi : "Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène." Victor Hugo.
On fait un concours ? :-)

(J'aime bien la photo...)

@ Lémi : encore faudrait-il que le chat en question ne soit pas d'une bêtise crasse. En ce moment, sa paranoïa confine à la folie pure. Je pense qu'il ne va pas tenir l'hiver....
Quant à la désinformation journalistique... J'ai lu Le Figaro.fr presque de bout en bout aujourd'hui, je ne risque plus rien : je suis immunisé.

@ Bracame : mince. Merci (pour la correction et pour le compliment), je corrige immédiatement. Mais je note que, d'après le lien (très bien, ce bloug) que tu m'as filé :

" "Au temps des troubadours", disions-nous donc. À cette époque, l'ancêtre de moult s'utilisait comme adjectif (ou déterminant) variable. Mais cet emploi, selon Grevisse, n'a pas persisté au-delà du treizième siècle. Aujourd'hui, il n'est pas admis d'écrire - et croyez que je le regrette, parce que cela me paraît plus joli : le chevalier eut moultes aventures...
C'est que moult (notez que le l et le t se prononcent), qu'il soit adjectif ou adverbe, doit maintenant rester invariable."

On n'a qu'à dire que je suis un homme du passé. Non ?

Écrit par : Le Charançon Libéré | 11/12/2007

@ Redolegna : trois parties de rigueur ? Ca sent sc-po, ça. Non ?
D'ailleurs, je crois que j'ai une petite idée sur le plan que j'aurais pu proposer. Style grand I, "la classe" ; grand II, "moyenne" ; grand III, "la classe moyenne".

Blague (à deux balles) à part, il me semble que je partage 100 fois votre analyse. Ne pas permettre au plus grand nombre d'accéder à un certain confort de vie, c'est en effet un joli ticket pour la révolte, le vent de colère, les têtes au bout d'une pique, toussa-toussa... La sécurité de tous est le meilleur des arguments, me semble-t-il. A tel point que vous devriez envoyer votre dissert au petit piètre de la nation, ça le ferait peut-être réfléchir.

@ Natali : excellent lien. L'argumentation est plus que convaincante, le parallèle avec la politique de Thatcher, si elle n'est pas nouvelle, me semble jamais n'avoir été menée de façon si pertinente. Et le tableau dressé est édifiant.
Merci :-)

Écrit par : Le Charançon Libéré | 11/12/2007

En fait, ça sent tout sauf Sciences-Po, Charançon, mais c'en est bien.

La dissert' sciences-po, c'est deux parties, mais pour la matière en question, on reste sur le traditionnel et suranné modèle français des trois parties.

En fait, j'ai surtout analysé si c'était une bonne politique pour un parti, un Etat, la démocratie. Ça a donné : c'est bien, mais c'est dangereux, mais ce serait trop risqué de ne pas le faire. Pour tous.

Le petit piètre peut se passer de ma dissert'. Il a des conseillers qui peuvent lui susurrer ce genre de mots doux à l'oreille, je ne sais pas à quelle adresse l'envoyer et je ne veux pas retourner sur le site de l'Elysée depuis ma visite funeste induite par une de vos notes. Et puis, sait-on jamais, il risquerait de me considérer comme "ouvert".

Écrit par : Redolegna | 11/12/2007

Tiens, je n'ai pas de citations sous la main, là, mais je peux te proposer ceci :

"On dit qu’il n’y a point de péril, parce qu’il n’y a pas d’émeute ; on dit que, comme il n’y a pas de désordre matériel à la surface de la société, les révolutions sont loin de nous. […]

Il est vrai qu’elles [ces classes qui n’ont point de droits] ne sont pas tourmentées par les passions politiques proprement dites, au même degré où elles ont été tourmentées jadis ; mais ne voyez-vous pas que leurs passions, de politiques, sont devenues sociales ? […]

Ne voyez-vous pas que, peu à peu, il se dit dans leur sein que tout ce qui se trouve au-dessus d’elles est incapable et indigne de les gouverner ; que la division des biens faite jusqu’à présent dans le monde est injuste ; que la propriété y repose sur des bases qui ne sont pas des bases équitables ? Et ne croyez-vous pas que, quand de telles opinions prennent racine, quand elles se répandent d’une manière presque générale, quand elles descendent profondément dans les masses, elles amènent tôt ou tard, je ne sais pas quand, je ne sais comment, mais elles amènent tôt ou tard les révolutions les plus redoutables ? Telle est, messieurs, ma conviction profonde ; je crois que nous nous endormons à l’heure qu’il est sur un volcan ; j’en suis profondément convaincu. […]"

C'e sont des passages d'un discours prononcé par Tocqueville à la Chambre des députés le 27 janvier 1848.

Si les mêmes causes produisent les mêmes effets...

Écrit par : Françoise | 11/12/2007

Mmmh... pour le champagne, je recommande surtout la cuvée Le Pen. C'est plus de bon goût dans l'air du temps...
http://rlfreims.lautre.net/actualite/juin-2004/champagne-le-pen.htm

Écrit par : Dominique | 11/12/2007

Champagne une autre image:
http://img152.imageshack.us/img152/6571/champauvreeh4.jpg

big up à toi!

Écrit par : skalpa | 12/12/2007

@ Redolegna : en deux parties et pas trois, évidemment. Je ne sais pas où j'avais la tête.... (j'ai pourtant suffisamment maudit cette fichue institution quand j'étais forcé d'y pointer)

"je ne veux pas retourner sur le site de l'Elysée depuis ma visite funeste induite par une de vos notes"
Désolé, c'est vrai que la visite peut s'y révéler traumatisante. En plus, ça peut contaminer votre ordinateur : depuis que je me suis rendu sur le site de l'Elysée, le mien hoquette et renâcle. Je sens bien qu'il n'est plus le même...

@ Françoise : un point pour toi, c'est beaucoup mieux qu'une citation.

Tout change et rien ne change, donc. En attendant la colère à venir.

@ Dominique : diantre, si même l'alcool se met au diapason de la lépénisation des esprits...

@ Skalpa : celui-là est explosif. Un champagne qui annonce le grand bouleversement ?

Écrit par : Le Charançon Libéré | 12/12/2007

Dis Charançon,

Par "animaux" veux-tu dire les animaux vraiment? Ou seulement les autres animaux?

Quoique, mais c'est bien sûr... ! En arrosant la fin des classes moyennes c'est bien ça : Toutes les disparitions animales s'arrosent !

Reste un truc que je ne comprends toujours pas. Une "classe" n'est ni espèce, ni même une race de l'espèce... Alors à quelle pureté rêve-tu ?

{+_+} Au calme des cimetières ? {+_+}

Écrit par : Croa | 12/12/2007

"Une "classe" n'est ni espèce, ni même une race de l'espèce... Alors à quelle pureté rêve-tu ?"

Euh... comment dire ? C'est juste de l'humour. Un procédé narratif. Une façon de parler de cette étude du Credoc de façon différente.

Pour être clair : je déteste toutes les formes de pureté. Et je hais celle à laquelle (à moins que je n'ai pas compris votre commentaire) vous semblez faire allusion.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 12/12/2007

Je savais bien sûr... ;)

La mort est ce qu'il y a de plus pur mais personne n'aime ! {+_+} = :(

La terre, que l'on croit en danger s'en tirera mieux que nous et même mieux que les classes dominantes, lesquelles ont bien tors de se croire à l'abri !

à +

Écrit par : Croa | 13/12/2007

Vous etes des merdes !!
Les Animaux ya rien de mieu

Écrit par : YooYoH | 21/11/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu