Avertir le modérateur

15/12/2007

Les contrats ? Du vent. Les infirmières bulgares ? Du flan. Si Sarko aime Kadhafi, c'est par haine des musulmans.

 

f906ec3a7002933e4d6f29d7b619c417.jpg

 

 

Dites.

Je me pose une question.

Une petite.

Mais je me la pose quand même.

Et donc : je vous la pose.

A vous.

 

Cette question ?

Tout simple.

Si la vraie raison de la visite du renard du désert n'était pas là où on croit ?

Si elle n'était ni dans les maigres contrats décrochés.

De la poudre aux yeux.

Ni dans la volonté officielle de faire rentrer la Libye dans le concert des nations respectables.

Du vent.

Ni dans la contrepartie à la libération des infirmières bulgares.

Du flan.

 

Oui : si Sarkozy s'est montré si tolérant face aux simagrées libyennes.

A patiemment serré les dents à chaque fois que le guide suprême le ridiculisait.

Et a accédé servilement à toutes ses demandes de touriste capricieux en visite officielle.

Ce n'est que pour une unique raison.

Mais elle est si essentielle pour notre rameur de tête qu'il est prêt à tout justifier pour y parvenir.

 

128a76ee1ad317c12f77a6b33fe91d0f.jpg

 

Cette raison ?

Elle trouve son origine dans la vision du monde si pathétiquement simpliste de Sarkozy.

Dans sa certitude qu'Huntington a vu juste en pronostiquant la guerre des civilisations.

Et que l'avenir de notre planète va se jouer dans la polarisation de quelques blocs autour d'une même culture et religion.

 

Comment ?

Vous dites qu'il n'y a là rien de neuf ?

C'est vrai.

Que le 27 août dernier, lors de son très officiel discours aux amabassadeurs, notre glorieux président avait déjà expliqué que l'un des principaux défis de la diplomatie française était de "prévenir une confrontation entre l’Islam et l’Occident, voulue par les groupes extrémistes tels qu’Al Qaeda qui rêvent d’instaurer, de l’Indonésie au Nigéria, un khalifat rejetant toute ouverture, toute modernité, toute idée même de diversité. Si ces forces devaient atteindre leur sinistre objectif, nul doute que ce siècle serait pire encore que le précédent, pourtant marqué par un affrontement sans merci entre idéologies".

C'est vrai.

Que le 14 novembre, le journaliste Jean Quatremer avait révélé que les couloirs des institutions européennes bruissaient de deux pétages de plomb successifs de Sarkozy qui, devant des ministres européens, s'était lancé dans "dans une diatribe confuse d’une vingtaine de minutes, « dans un langage très dur, très familier, choquant pour tout dire », contre le « trop grand nombre de musulmans présents en Europe » et leurs difficultés d’intégration. Il a aussi décrit de façon apocalyptique le « choc de civilisation » qui oppose les musulmans à l’occident".

C'est vrai aussi.

Alors : disons que c'est juste une pierre de plus à l'édifice.

Une étape dans cette croisade qu'a engagée Sarkozy.

Celle qui le verra, à l'aune d'un Charles Martel, repousser le danger musulman aux confins de l'Empire.

 

7e25fedf04f7d7cda4cb53db2b8a95b1.jpg

 

Donc.

Le petit monier à pris la parole vendredi, lors de la conférence de presse de clôture du Conseil européen à Bruxelles.

Et a justifié la visite de Kadhafi par ces quelques mots, selon l'Express : "J'ai fait ce que j'ai cru devoir faire, c'est-à-dire éviter à toute force un affrontement entre le monde musulman et le monde occidental."

Avant d'ajouter : "Si on traite de la même façon quelqu'un qui fait le chemin de l'abandon du terrorisme, de l'abandon de l'arme nucléaire (...) que ceux qui continuent à vouloir l'arme nucléaire, alors on se met dans une situation de guerre des civilisations qui est la pire des solutions pour le monde."

Soit quelques phrases lâchées à la tribune qui constituent la quintessence de la vision du monde de Sarkozy.

Avec cette permanente référence à Huntington.

Et cette idée que le conflit entre le monde musulman (il n'a pas dit islamiste...) et le monde occidental est latent, presque déjà en oeuvre.

Tant dire que l'on veut "éviter à toute force un affrontement entre le monde musulman et le monde occidental" revient à souligner la fatalité de celui-ci.

 

C'est finalement ça l'information la plus importante de cette visite libyenne.

Davantage que la compromission de la démocratie française.

Que l'asservissement de la morale nationale aux désirs d'un dictateur puant.

Ou que la grande fête d'une real-politique dévoyée et inefficace.

Cette confirmation que, pour Sarkozy, le monde se divise entre occidentaux et musulmans.

Et que toute notre politique étrangère ne sera plus guidée que par ce fantasme d'un péril ultime.

Incarné par ces basanés qui font rien tant qu'appeller à la prière du haut des minarets et égorger des moutons dans leur baignoire. 

 

4f2133796c6452ab35887d5b7ac2f601.jpg

 

Et vous savez quoi ?

Je crois que c'est la pire des éventualités.

La plus dangereuse.

Et les couleuvres façon Kadhafi vont se multiplier dans les mois et les années à venir.

Jusqu'à ce que le petit piètre de la nation arrive à son but ultime.

Donner vie à cette peur diffuse qui lui noue les entrailles.

Et faire advenir cette guerre contre les musulmans qui peuple ses cauchemars.

 

Commentaires

Peut-être peut-être... Cependant je ne sais même pas s'il croit lui-même à son discours sur le "péril musulman". Il faut bien qu'il se donne des raisons d'exister en grand stratège et de faire peur aux Français, pour justifier sa politique sécuritaire entre autres.

Il va aller en Arabie Saoudite, le mois prochain, voir le dernier billet de S. Fontenelle, avec qui je serais d'accord pour dire que tout ça n'est affaire que de gros sous (comme les guerres d'ailleurs). NS est le meilleur VRP de ses petits amis...

Mais je peux me tromper, bien évidemment.

Écrit par : Françoise | 15/12/2007

Voici un extrait du discours de Khadafi en 2006 :

«Il y a 50 millions de musulmans en Europe. Des signes montrent qu’Allah accordera à l’Islam la victoire en Europe, sans épées, sans fusils, sans conquêtes. Les cinquante millions de musulmans d’Europe feront qu’Allah mobilise la nation musulmane de Turquie et l’ajoute à l’Union Européenne…/… Cela fait 50 millions de musulmans en plus…/…Cela fera 100 millions de musulmans en Europe. L’Albanie, qui est un pays musulman, fait déjà partie de l'Union européenne. La Bosnie, qui est un pays musulman, fait déjà partie de l'Union européenne qui deviendra un continent musulman en l'espace de quelques décennies»…/… «L’Europe est dans de beaux draps, ainsi que l’Amérique. Ils devraient accepter de devenir islamiques avec le temps, ou alors déclarer la guerre aux musulmans»

A méditer .....

Écrit par : bibi | 15/12/2007

Constat net, clair et sans bavure.

Excellent !

Écrit par : ALLAIN JULES C@MMUNICATION | 15/12/2007

@charançon
Inutile de préciser que je ne partage pas vos présupposés. Et que ce ton semi-catastrophiste semi-apocalyptique ne correspond en rien à ma vision des choses.
@charançon
Et cette idée que le conflit entre le monde musulman (il n'a pas dit islamiste...) et le monde occidental est latent, presque déjà en oeuvre
Le peril islamique?
Ceci n'est que le symptôme d'une maladie qui s'appelle misère du tiers monde,
Le remède c'est le partage ou la guerre(idéologique ou religieuse peu importe)
Bien sur que le danger est la très présent et qu'en parler c'est déjà une avancée et un contre feu au pire
Oui certains extrémistes ont compris que l'occident était prisonnier de ses richesses face a un tiers monde pauvre mais tellement plus nombreux et sans crainte d'avoir a perdre quelque chose
Le péril serait de croire que l'occident est en position de force,et de ne rien changer,a notre façon de nous conduire vis a vis de ces peuples

Écrit par : antimythe | 15/12/2007

@ bibi,

Il faut tenir compte dans ces déclarations, du fait que Mr Khadafi s'adresse aussi à son pays et aux autres pays musulmans. Il ne parle pas que pour nous.

Mais une chose est certaine, c'est que la guerre d'Irak n'a pas aidé à la réconciliation de l'Occident et du Moyen-Orient, ni apaisé les tensions. Les discours de Mr Sarkozy s'alignant sur les rodomontades de Mr Bush, ou ceux qu'il a prononcé sur les Africains, n'ont pas arrangé la situation. Je pense que Mr Kadhafi le lui a fait "payer" et cher, mais cela lui servira-t-il de leçon ? J'en doute, Mr Sarkozy n'est pas homme à reconnaître ses erreurs, ni même à penser qu'il peut en faire.

Écrit par : Françoise | 15/12/2007

Brrrrr...même pas peur dirait-un gosse justement quand il a le trouillomètre à zéro. Sûr que ça pue tout ça mais que faire pour le stopper notre "fou ordinaire" ?

Écrit par : Gitana | 15/12/2007

Je ne pense pas que l'on puisse séparer la politique intérieure de la politique extérieure. On se fabrique des ennemis en les diabolisant, mais on se fait aussi de pseudo-alliés en saluant leurs progrès alors qu'ils se sont conduits comme les caïds de la cour de récré (ainsi, le voyou de la classe, alias Mouamar, est devenu plus respectable parce qu'il aurait promis de faire des efforts). Cette dichotomie entre le bon pays qui fait des efforts et celui qui ne fait pas d'efforts se retrouve aussi dans la distinction totalement arbitraire et factice, voire fallacieuse, des bons immigrés qui ont "vocation à" travailler cheu nous (car ils sont respectueux des lois de la République dit-on) et celle des mauvais immigrés clandestins qui ont "vocation à" retourner cheuz eux puisqu'ils n'ont pas fait l'effort d'apprendre la langue, de déposer une demande de permis de séjour, de ne pas être polygame, de ne pas égorger leurs moutons dans leur baignoire ou tout simplement de ne pas être assez persécutés dans leur pays d'origine. La logique des deux plans - international et intérieur - est la même : on institue l'arbitraire. Comme il n'y a plus de règles claires et un peu rationnelles, il faut procéder par amalgame (d'où les moutons, l'excision ou l'arme nucléaire) afin de stigmatiser tous ceux que l'on désigne à la vindicte. On divise les immigrés, comme on divise la communauté internationale, quitte à s'appuyer sur des bandits comme Khadafi ou sur des arrivistes incompétentes et intrigantes comme Dati. L'idée n'est pas celle d'un affrontement des civilisations (on donne ses gages de tolérance comme la jolie Rama Yade pour ça), mais plutôt celle de pouvoir régner en désignant des adversaires auxquels on prêtera tous les défauts possibles. Ces adversaires sont une partie des immigrés et du monde musulman, mais ceux qui seront du côté de notre Arturo Ui seront bien contents d'échapper au mauvais sort qui leur serait advenus s'ils avaient été mal notés. Cela porte un nom (je commence à parler comme le Petit Monier), c'est le gouvernement de la Terreur. C'est ce qui s'est fait en 1793, en 1917, et encore à d'autres dates. Mais il s'agit ici d'une Terreur blanche et non plus rouge. Il faut créer la peur pour souder les gens autour de soi, puisqu'on ne sait où l'on va, ni ce que l'on dit.

Écrit par : Dominique | 15/12/2007

@ Dominique,

Très fine analyse.

Les hommes au pouvoir qui n'ont pas de réelle politique intérieure, et qui n'ont qu'une idée simpliste de la politique extérieure, utilisent la peur comme moyen et comme fin. C'est toujours l'argument, il y a une terrible menace mais je suis là pour vous protéger. Quand la peu ne fonctionne plus on fait une guerre. Mais c'est peut-être aussi simplifier les choses, car il faut voir les intérêts financiers qui sous-tendent tout cela. Et j'en suis à me demander si NS n'est pas la marionnette (d'autant plus malléable qu'ivre d'orgueil et d'auto-satisfaction) comme Bush, de ceux que tout ceci arrange fort bien. Ce qui se cachent derrière tout ça n'est-ce pas en fin de compte les "gros intérêts", les grands groupes pétroliers, les fabricants d'armes etc. ?

Arturo Ui... C'est amusant que tu en parles aussi. Il y a déjà un moment que j'ai pensé à Ui.

Écrit par : Françoise | 15/12/2007

Extrait du blog de J.Attali,lui aussi parle de guerres,encore un affeodé,de Sarko sans doute pour les
Quelle qu’en soit la cause, et quoi qu’on fasse pour la limiter, la mutation climatique aura trois conséquences gigantesques, désastreuses même, si on ne s’y prépare pas très vite :
1. Des pénuries agricoles massives : Dans dix ans, selon les Nations Unies, les habitants des pays du Sud mangeront 25% de plus de volaille, 30% de plus de bœuf, et 50% de plus de porc qu’aujourd’hui, ce qui exigera de produire deux fois plus blé i. Pendant la même période, la mutation climatique rendra désertiques de vastes zones aujourd’hui très fertiles : d’ores et déjà la production de blé de l’Australie commence à baisser sérieusement du fait de la désertification et la Chine est devenue structurellement, depuis 2004, importatrice de produits agricoles. Ces réductions ne seront pas compensées avant longtemps par la production de terres devenues plus tempérées, comme la Sibérie ou le Canada, car elles exigeront, pour atteindre leur plein rendement, des mouvements de population et des infrastructures considérables.
2. Des pénuries d’eau potable : elles existent déjà en Afrique et en Asie et se développeront, en raison de la croissance des besoins de l’agriculture, de l’urbanisation croissante et de l’augmentation de température. On se battra pour l’eau des fleuves qui traversent plusieurs nations, comme le Mékong, le Jourdain et le Nil.
3. Des pénuries de matières premières, et en particulier d’énergie : A un moment où ses besoins en énergie ne font qu’augmenter, la Chine reste très gaspilleuse et son efficacité énergétique n’est encore que le tiers de celle des Etats-Unis et un cinquième de celle du Japon. Et l’Inde est à peine moins gaspilleuse que la Chine.
Au total, dans 10 ans, 2 milliards d’affamés, assoiffés, écrasés de chaleur affronteront 800 millions d’obèses, prenant une douche par jour et arrosant leurs jardins. Pour éviter les guerres qui en découleront, il ne faut surtout pas réduire la croissance, mais bien la réorienter vers de nouvelles formes audacieuses de progrès technique, en biotechnologie et en nanotechnologies. Et surtout réussir des révolutions politiques : l’éducation des paysans et la lutte contre la déforestation feront plus pour l’équilibre de la production agricole, pour la gestion rationnelle de l’eau et de l’énergie que les OGM et les nouvelles sources d’énergie. La meilleure réponse à l’évolution du climat ? La démocratie, évidemment.
j@attali.com

Écrit par : antimythe | 15/12/2007

Que l'ordure Attali commence par ne pas désertifier la France avec sa commission qui préconise d'augmenter la puissance des grandes surfaces.

Écrit par : PMB | 16/12/2007

Bien vu Charaonçon. Très bien vu. Je me faisais la même réflexion sans savoir comment la tourner. On pourrait ajouter aussi que cette façon de mettre Kadhafi en haut de l'affiche est aussi une manière de dire : vous voyez mâme Chabot, entre Kadhafi et Ben Laden, les musulmans c'est rien que des terroristes.

On attend toujours le soutien de la diplomatie française en général, et sarkozienne en particulier, à l'opposition démocrate au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, en Syrie, au Liban… (bon, pour l'Arabie c'est plus simple, pas d'élection donc pas d'opposition).

Écrit par : Pescade | 16/12/2007

Mince, week-end un brin agité : désolé pour le temps mis à répondre.

@ Françoise : "Il faut bien qu'il se donne des raisons d'exister en grand stratège et de faire peur aux Français, pour justifier sa politique sécuritaire entre autres. "
Je dirais qu'il y a un peu de tout, un savant mélange de manipulation calculée, de froide realpolitik et de rejet irraisonné des musulmans.

@ Bibi : les souffleurs de haine sont partout. Et il est clair que Kadhafi ne fait (surtout pas) exception à la règle.

@ Allain Jules : merci.

@ Gitana : pour le stopper ? Faire dérailler le train fantôme d'Eurodisney ? Interdire le parc d'attraction aux personnes de petites tailles et forte ambition ? Déclarer non-grata les couples people à Marne-la-Vallée ? :-)

@ Dominique : excellente analyse, je ne peux qu'approuver Françoise. Et ne rien ajouter : tout est dit.

@ Françoise (bis) : je n'aime pas passer pour inculte. Mais... c'est qui Ui ?

@ Antimythe : j'entends bien, j'entends bien... mais : ce n'est polus trop le sujet, non ?

@ PMB : oui.

@ Pescade : Merci, c'est cool.

"On attend toujours le soutien de la diplomatie française en général, et sarkozienne en particulier, à l'opposition démocrate" au Maghreb : oui. Et on n'a pas fini d'attendre...

Écrit par : Le Charançon Libéré | 17/12/2007

La Résistible Ascension d'Arturo Ui est une pièce de Brecht qui montre sous la forme d'une fable la montée du nazisme.

Écrit par : Dominique | 17/12/2007

Merci.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 17/12/2007

Contenu de cet article très interessant, merci:)

Écrit par : forfait bloqué bouygues | 03/07/2011

Merci pour les infos ,j'ai bien fais de trouvé cette page, je dormirai moins bete ce soir ! J'ai pas mal cherchais sur d'autres sites pourtant...:(

Écrit par : rio | 04/07/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu