Avertir le modérateur

02/01/2008

Pour caresser la police dans le sens du poil, Nicolas Sarkozy est prêt à dire tout et n'importe quoi. Jusqu'à transformer Villiers-le-Bel en Bagdad-City, où les policiers sont tombés comme des mouches sous les balles des "assassins".

 

Euh...

Ça vous dit, un petit test ?

Non, non : rien de trop long.

Juste l'affaire de deux-trois photos.

Histoire de vérifier vos réactions.

Ok ?

Parfait, c'est parti.

 

Donc : est-ce que cette image provoque en vous un quelconque sentiment de plaisir ?

 

606dada1141e7aa7fbec3405a314cb85.jpg

 

Non ?

Pas de vague excitation ?

Ni de trouble un brin malsain ?

Je me disais aussi...

 

Et celle-ci, elle vous fait quelque chose ?

 

aba899b255ffe6fc32b836197209b68c.jpg

 

Non plus ?

Pas de frétillement enthousiaste ?

Ni de brusque élan de sympathie ?

Il me semblait aussi...

 

Mais quand même : tentons le coup une dernière fois.

Histoire de définitivement savoir à quoi s'en tenir.

Cette photo, elle vous inspire quelque chose ?

 

2ba57b4d79fad9c8db8ea2ead86ec798.jpg

 

Toujours rien ?

Pas d'envie de serrer le porteur de l'uniforme dans vos bras ?

Ni de le presser avec émotion contre votre coeur ?

J'en étais sûr.

Et j'ai une bonne nouvelle pour vous : a priori, vous êtes indemne.

Et n'avez pas (encore) été touché par le virus policius influenzae.

 

Oh : pas de quoi rire.

Ni de prendre le risque d'épidémie à la légère.

Tant ce virus, très actif en ces périodes de fêtes, peut s'avérer dangereux.

Provoquant de fiévreux et irrépressibles élans de tendresse pour les membres de la police nationale.

Ainsi que des passionnelles pulsions pour l'uniforme, garant de l'ordre et de l'autorité.

Une petite bactérie contagieuse, d'autant plus dangereuse qu'elle s'attaque d'abord aux hauts responsables de la majorité présidentielle.

Avec une prédilection particulière pour ceux qui ont un jour été ministre de l'Intérieur.

 

d73d504e8dbcfdc4ec1d771b0f3fdd98.jpg

 

Vous doutez ?

Vous voulez un exemple ?

Soit.

Prenez Nicolas Sarkozy.

(C'est une image, hein...)

Ardent thurifaire de la sécurité qui recevait le 1er janvier des "personnels mobilisés la nuit de la Saint-Sylvestre".

Tous membres de la fonction publique, qu'ils soient gaziers, agents de la RATP, cheminots, infirmières ou... policiers.

Et qui, en veillant sur les Français, "leur (ont) permis de passer les réjouissances" de fin d'année "en toute tranquillité".

 

Tous des héros ?

Oui... mais certains plus que d'autres.

Tant cette cérémonie des voeux (dont le discours est disponible ICI) a vite tourné à la seule louange des forces de police.

Jugées aussi "exemplaires" pour maintenir l'ordre la nuit du nouvel an.

Qu'elles l'auraient été lors des incidents de Villiers-le-Bel.

A tel point que notre chef de bataillon présidentiel n'a pas hésité à en rajouter un peu.

A en rajouter beaucoup.

A en rajouter un max.

Pour dresser le panégiryque des uniformes mobilisés lors des événements de Villiers.

Et pour les caresser dans le sens du poil.

 

"Je peux vous dire que je suis fier de vous, que je n'oublierai pas, que la France n'oubliera pas, ce que nous vous devons et le prix de votre sacrifice", a notamment claironné le tambour-major.

Avant de se féliciter que sur les "81 membres des forces de sécurité sur lesquels ont a tiré et qui ont été blessés", aucun n'ait fait usage de son arme.

Euh...

81 blessés par balle…

Ce n'est plus Villiers-le-Bel, mais Bagdad-City…

 

Problème : c'est un cas évident de manipulation et de gonflement des chiffres.

Qui confine au mensonge pur et simple.

"Aujourd'hui encore, même s'il semble établi que le nombre de policiers blessés par arme à feu est sensiblement supérieur à ce qu'il fut en 2005, il est difficile d'établir un bilan précis et fiable du nombre de blessés par armes à feu", notait le site Arrêt sur Images le 6 décembre dernier.

Avant de faire état des bilans très différents parus dans la médias : "Une dépêche AFP du 2 décembre reprenant des chiffres du ministère de la justice faisait état de 119 blessés, dont cinq grièvement. Le Figaro Magazine du 1er Décembre dénombre "une dizaine de blessés graves touchés par balles, plombs ou éclats de verre". Dans son édition du 6 décembre, Le Point évoque 30 blessés par armes à feu, alors que le nouvel Obs, citant un syndicaliste d'Alliance, ne mentionne qu' "une quinzaine de blessés par armes à feu". Par ailleurs, au 20h de France2 du 5 décembre , Jean Espitalier, directeur général de la police judiciaire de Versailles, affirmait que "c'était la première fois que 55 policiers dans le cadre d'opérations de maintien de l'ordre sont blessés par balles, alors qu'une quinzaine d'autres étaient blessés aux plombs."

Bref, pas de bilan officiel et le nombre de blessés par arme à feu reste vague et flou.

Mais une certitude : il est beaucoup moins important que celui avancé par Nicolas Sarkozy le 1er janvier pour faire plaisir aux forces de l'ordre.

 

df36936448e138768bace097b5fd60ea.jpg

 

Sur sa lancée, le président ne s'en est pas tenu là.

Et à poursuivi son chant d'amour à la police.

En continuant à raconter n'importe quoi.

"Je sais que l'enquête avance, a t-il noté, et j'ai bon espoir que les assassins -car lorsque l'on tire sur quelqu'un, on est un assassin- qui ont utilisé des armes de chasse pour tirer sur des policiers seront rapidement traduits devant la justice."

Euh...

Pas du tout, évidemment.

Les "assassins" de Villiers-le-Bel n'en sont pas.

Pour la bonne raison qu'il n'y a pas eu de mort lors des deux jours d'affrontements entre les jeunes et la police.

Rien à voir avec la définition d'assassinat, donc : "En droit pénal, on définit l'assassinat comme un meurtre prévu et préparé par son auteur (que l'on qualifie alors d'assassin). Il suppose donc la préméditation, c'est-à-dire la prise de décision de tuer autrui et la réflexion sur la mise en œuvre de cette décision."

Dommage...

 

On pourrait juger ces manipulations des chiffres et de la syntaxe anecdotiques.

Mais ce serait une erreur.

Tant il n'est jamais anodin de voir un président prendre de telles libertés avec la vérité.

Et tant son obstination à servir la police, quitte à mentir pour elle, révèle un dangereux travers.

Qui fait passer l'amour de l'ordre avant toute autre considération.

Et le respect de l'autorité avant toute autre valeur.

 

Au fait...

Méfiez-vous.

Les virus volent bas cette année.

Et je n'aimerais pas que vous en soyez aussi atteint.

De ce fichu policius influenzae.

 

Commentaires

Là tu vois, là Charançon, là je ne te suis plus.

Insinues-tu que Notre Bien-Aimé Grand-chef-en-Chef pourrait ment... euh... ne pas dire la vérité ?

Après avoir reçu la bénédiction papale et la chanoinerie-latranesque ? Impossible !

Écrit par : Françoise | 02/01/2008

Et bonne année à toi, Charançon !

Franchement, à quoi t'attendais-tu ? Cet homme a mis huit ans pour devenir avocat ! D'affaires, en plus, ce n'est pas un pénaliste... On ne peut pas lui demander de connaître le Code (il a Rachida Dati pour ça entre deux poses dans Paris-Match et la signature de son contrat avec Dior) ou de lire le blog de maître Eolas (ce concombre gauchiste).

Mais rassure-toi : "et surtout la santé", ça nous préservera peut-être de cette vilaine grippe dont tu décris fort joliment les symptômes.

Écrit par : Redolegna | 02/01/2008

Villiers le Bel est une manipulation obscène politico-morbide.

Écrit par : ALLAIN JULES C@MMUNICATION | 02/01/2008

une drole de différence entre la police des années 1965 et celle de 2000 a 2007 la différence , l'honnèteter des écrits , et l'honnèteter tout court , voila ou est la cause !

Écrit par : jacqueline | 02/01/2008

"La cérémonie aura lieu à 17 heures".
Voyons... Le service de nuit peut finir à six heures ou huit heures du matin. Cela laisse entre neuf et onze heures de récupération, y compris le temps de transport à son domicile, puis de son domicile à l'Elysée. Comptons deux heures de trajet (hypothèse basse) pour la région parisienne. Comptons une demi-heure pour une douche et un déshabillage, plus une heure pour une nouvelle douche et un frugal peti-déjeuner de fin de journée : restent au mieux sept heures et demie de sommeil, mais avec un programme non-stop puisqu'il faut absolument participer au Sarko-Show le lendemain matin (pardon, soir). Je ne sais pas si j'aurais envie de me plier aux caprices du maître après avoir passé une nuit de travail agitée (comme le sont toutes les Saint-Sylvestre) et que j'ai normalement droit à mes 48 heures de récupération, sans avoir le temps de me raser correctement, de vérifier si j'ai un slip propre ou des chaussettes de même couleur, d'avaler mon café, de chercher ma carte orange. C'est se fiche de la tête du monde que de montrer comme héros des gens que l'on prend au pied du lit alors qu'ils sont encore un peu dans le coaltar ! Bien sûr, on respecte un peu leur temps de sommeil en déplaçant la cérémonie à 17 heures, mais c'est vraiment limite et digne d'un président plus nightclubber que représentant des travailleurs en horaires décalés !

Écrit par : Dominique | 02/01/2008

@ Françoise : des menteries ? Mensonges ? Manipulations ? Oh non : pas lui. Ça doit être un sous-fifre quelconque qui a essayé de l'induire en erreur... Obligé...

@ Redolegna : merci. Une joyeuse année pour toi aussi, camarade.

(Et je suis d'accord : il me reste un vilain fond de naïveté. Mais à force, Sarko va finir par me le karcheriser en beauté)

(Pour la grippe, je crois bien que tu ne risques bien : esprit cartésien et profondeur d'analyse valent immunisation)

@ Allain Jules : on peut dire ça. D'ailleurs, la question de la deuxième voiture de police a été bien vite enterrée.

@ Jacqueline : les hommes de devoir disparaissent. Et il n'y a plus que des petits cons sans valeurs pour les remplacer.

@ Dominique : Bien vu. Pas de pitié pour les travailleurs de la nuit, boudiou ! Déjà que Sarko daigne s'intéresser à leur cas et les convier à venir prendre une orangeade en ses appartements, faudrait pas non plus qu'il doive se plier aux horaires de ces prolétaires de basse extraction. Quand même...

Écrit par : Le Charançon Libéré | 02/01/2008

La police ne rend pas la peau lisse...
Attention aux problèmes de pot!!!

Écrit par : skalpa | 02/01/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu