Avertir le modérateur

23/01/2008

Sur les plages de sable blanc, les sbires du sinistre Hortefeux "éloignent" avec zèle. Le paradis tropical n'en est pas un pour tout le monde...

 

3e4d002eacc06074d84944b88133602d.jpg

 

 

 

Coucou ! 

Hop : les affaires reprennent.

Et le Charançon repart comme en 40.

La fleur au fusil et les antennes fièrement dressées.

 

Remarquez : ce n'est pas de gaieté de coeur.

Tant je n'avais pas vraiment envie de rentrer en métropole.

Parce que, bon...

Mayotte, hein...

C'est quand même plutôt enchanteur comme coin.

Style ça :

 

b284b05eca5cce724f116e2cf04bcaf1.jpg

 

 

Ça :

 

c698698c8a6099900cb6dd894640ed12.jpg

 

 

Ou ça :

 

7da0f64ea3bb45276f3fa8a2f313fabf.jpg

 

 

Oui : un vrai petit paradis.  

Où on se sent très loin de notre bateleur en chef.

De ses vassaux médiatiques.

Et de ses tristes séides ministériels.

Bref : un salutaire bol d'air loin du régime sarkozyste.

 

Enfin...

Un bol d'air...

Pas tout à fait non plus.

Parce qu'il n'y a pas, à Mayotte, que les plages de sable blanc ou noir. 

Les fonds marins luxuriants.

Et la vie douce sous le soleil de l'Océan Indien.  

Non, il y a ça aussi :

 

849674fb3278e6dd7228de9ca4474c8a.jpg

 

 

Soit des clandestins qui arrivent par centaines chaque semaine, en provenance des autres îles de l'archipel des Comores.

Et les naufrages réguliers de frêles embarcations surchargées, affrêtées par des passeurs sans scrupules.

 

Ainsi que ça :

 

28822882a002637a6262a3438d5aaf58.jpg

 

Soit la pression constante des forces de l'ordre, quotidiennement sur le pont pour des opérations de contrôles d'identité, des rafles et des ratissages en pagaille.  

Histoire de mettre la main sur les clandestins.

Et de les renvoyer goûter à la pauvreté des îles qu'ils ont quittées.

Bref : cadre enchanteur ou pas, la police française y abat sa sinistre besogne.

 

Et n'allez pas croire que les forces de l'ordre se laissent adoucir par la chaleur tropicale. 

Pas plus que par les ravissantes mahoraisesou par la gentillesse des locaux.

Pour tout dire, ça serait même plutôt l'inverse.

A tel point qu'il est étonnant que Brice Hortefeux n'ait pas encore décoré l'ensemble des policiers et gendarmes stationnés sur place pour services rendus au ministère de l'Immigration et de l'identité nationale.

Tant ceux-ci ne chôment pas.

Et participent activement à la politique du chiffre voulue par Nicolas Sarkozy.

 

Quoi ?

Si je n'exagère pas un brin ?

Ben... vérifiez par vous-mêmes : Mayotte, petite île de 186 452 habitants, a vu l'expulsion en 2007 de 13 253 clandestins.

Un chiffre à mettre en regard avec les 23 à 24 000 "éloignements" revendiqués par Hortefeux pour la métropole sur la même période. 

Oui : quand même...

 

Un "high score", comparable à celui réalisé en Guyane (9 700 explusions), qui s'explique en partie par les pouvoirs spéciaux accordés aux forces de l'ordre dans les Dom-Tom pour lutter contre l'immigration clandestine.

"Les expulsions dans les Dom-Tom obéissent à des règles et pratiques spécifiques. Le gouvernement justifie ce statut dérogatoire par la pression migratoire plus élevée qu’en métropole. Les garanties juridiques y sont moindres : possibilité accrue des contrôles d’identité sans motif, absence de recours suspensif, etc. Les conditions matérielles de rétention sont indignes : à Mayotte, par exemple, les personnes retenues prennent leur repas deux fois par jour dans une gamelle commune posée à même le sol, dans un centre constitué de deux pièces nues. La faiblesse des garanties des droits des personnes et les pratiques d’expulsions expéditives expliquent l’ampleur des chiffres", commente ainsi Laurent Giovannoni, secrétaire général de la Cimade, dans une chronique livrée à l'Humanité.

Avant de s'interroger : "Comment accepter que la République, s’affichant comme une et indivisible, tolère que les garanties et les droits essentiels de tout un chacun soient au rabais dès lors qu’il s’agit de territoires d’outre-mer ?"

Une bonne question.

Nul doute que Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux ont la réponse.

Non ?

 

 

PS : une première mouture de ce billet, publiée vers midi et dans laquelle je m'étais emmêlé les pinceaux, est passée à la trappe. Merci à Dominique, du très bon Petit Champignacien Illustré, pour m'avoir évité de raconter trop de bêtises.

Que voulez-vous ? La reprise est difficile...  



PS : mes plus plates excuses pour l'interruption, bien involontaire, de ce bloug pendant presque tout le mois de janvier. Cela ne se renouvellera pas, tudieu !

Et merci à tous ceux qui m'ont souhaité de joyeuses vacances. Votre gentillesse et votre fidélité regonflent mon petit coeur de cloporte.

Enfin, des remerciements particuliers à Lémi, de l'Observatoire National du Kitsch, pour avoir assuré l'intérim avec brio et talent. 

 

Commentaires

Koikili (je m'exerce à causer "îlien", des fois que je pourrai un jour aller dans un de ces petits paradis)... Donc... Kokili Hortefeux ? Koikili à part les kotas des kotas de kotas ? Rien. Pas, surtout pas, les journaux d'ailleurs. Mayotte ? Juste un endroit à faire du chiffre.

Sais-tu kici, plus ça va plukondi que le Nikorikiki il devient imbuvable ? Resterait plus kavider le verre... Mais kan ?

(Bon, alors c'est vrai ki iavépa de

http://www.blog4ever.com/photos/101888.jpeg

sinon tiserè enkor...)

Écrit par : Françoise | 23/01/2008

Petite question : si on ajoute aux chiffres de Mayotte ceux de la Guyane (l'autre région avec un grand nombre de clandestins), est-ce qu'on ne peut pas dire que Hortefeux n'a pas largement rempli ses objectifs ?
"Ainsi, bien que le ministre de l’intérieur ait annoncé pour 2006 le chiffre de 7 500 mesures d’éloignement à exécuter, les services de l’État ont cumulé leurs efforts et mis à exécution 9 711 reconduites à la frontière."
http://www.gisti.org/spip.php?article1027
Il y a un problème de calcul. Les 25 000 "éloignements", ce ne serait que ceux de la France métropolitaine et il faudrait plus que doubler le nombre en tenant compte des DOM-TOM-POM-COM ?

Écrit par : Dominique | 23/01/2008

@ Françoise : "le Nikorikiki il devient imbuvable ? Resterait plus kavider le verre.." Bien joué. :-)

Justement, je pensais que vous trouveriez le moyen de le vider pendant mon exil vacancier. Mais déception : je rentre et qu'est-ce que je découvre ? Le furoncle est toujours là. Ben alors ?

(Pour les http://www.blog4ever.com/photos/101888.jpeg , y en avait plein, mais elles m'ont snobé... M'en fiche : je compte bien y retourner)

@ Dominique : mince, clair qu'il y a un problème, là. J'ai pas trop l'explication : mon chiffre de 16 000 vient du Mahorais, qui l'a balancé en Une et en a tiré un long papier d'analyse paraissant crédible. Et le chiffre du Gisti pour la Guyane semble l'être tout autant. Je vais tenter de vérifier et de fouiller un peu.

Par contre, ça m'étonnerait un brin que le chiffre global d'Hortefeux ne tienne pas compte des DOM-TOM-POM-COM : parties intégrantes du territoire français, rien ne semble justifier qu'ils soient écartés du calcul. Mais c'est vrai que ça paraît la seule explication crédible.
(ce qui ficherait en l'air une partie de mon billet... vous parlez d'un retour.... :-) Bon, je vais vérifier tout ça)

Écrit par : Le Charançon Libéré | 23/01/2008

Coucou ! J'ai pas trop le temps : je file au Tribunal de Grande Instance de Paris, pour un forum public sur le thème "Rétention de sûreté : politique de civilisation ?" (à 17h30). Pour ceux qui pourraient s'y rendre au pied levé :

http://17millions.canalblog.com/archives/2008/01/21/7641432.html

Ca te laisse largement le temps de "vérifier et de fouiller un peu" ;-)

Bises et à plus tard !

Écrit par : Flo Py | 23/01/2008

Cette différence des chiffres peut venir d'un autre mode de compte entre les mesures d'éloignement qui sont réalisées à partir d'un point x du territoire national et puis les reconduites à la frontière lorsque le clandestin est arrêté dans les eaux territoriales ou à proximité de la frontière. Je vois ceci dans un rapport du sénat (les rapports sénatoriaux sont toujours très sérieux et ils offrent plus de renseignements que bien d'autres rapports officiels) :
"Ces deux départements concentrent ainsi 93 % des étrangers illégaux connus, la Guyane abritant à elle seule 80 % des étrangers introduits illégalement dans les départements et régions d'outre-mer."
Et :
"De fait, en 2004, 49,79 % des éloignements d'étrangers en situation irrégulière (reconduites à la frontière et expulsions) l'ont été au départ des départements d'outre-mer et de la collectivité de Mayotte."
http://cubitus.senat.fr/rap/a05-104-6/a05-104-67.html
Les chiffres ont changé depuis 2004, mais je ne crois pas que la proportion soit modifiée : on passe pour la Guyane de 5 318 expulsions à 7 500, et à 9 711 reconduites (sans doute sur le fleuve Maroni pour la différence). Le journaliste du Mahorais a sans doute voulu parler des reconduites à la frontière, faites soit en mer, soit dès l'arrivée sur le sol de Mayotte, donc des refoulements, le tout additionné aux mesures judiciaires qui concernent des clandestins ayant séjourné au moins quelques jours dans l'île. Il peut aussi compter des mesures non exécutées pour vice de forme ou absence de moyen. Ou bien encore, il est encore impossible pour les services officiels de Mayotte de chiffrer les refoulements, les expulsions et les mesures judiciaires, vu l'imbrication des familles entre les Comores et Mayotte.

Écrit par : Dominique | 23/01/2008

@ Flo Py : diantre, un forum au tribunal de grande instance ? Ça ne plaisante pas... J'espère qu'ils ne vont pas essayer de te retenir à la fin de la conférence. :-)

@ Dominique : mon raisonnement ne tenait pas, en effet. Je viens de modifier mon billet en conséquence.

En tout cas, je ne suis pas le seul à m'être emmêlé les pédales : en cherchant sur le net, j'ai trouvé tout et n'importe quoi sur cette question. Notamment une chronique télé de l'insupportable réac Zemmour qui fait la même erreur que moi (mais pour en tirer des conclusions radicalement différentes, ouf...) et compte les expulsés de Mayotte dans le total des 25 000. Ici : http://fr.youtube.com/watch?v=DE64spIx31o&feature=related

Je me suis finalement basé sur une chronique du secrétaire général de la Cimade pour modifier mon billet. En tout cas, grand merci de m'avoir signalé l'erreur et de m'avoir empêché de trop me fourvoyer. Et merci aussi de vous être plongé dans les rapports sénatoriaux pour tirer l'affaire au clair : je n'aurais pas eu le courage de me lancer dans des documents aussi techniques.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 23/01/2008

Ils m'ont relâchée !
C'était absolument génial ! Robert Badinter n'a rien perdu de sa verve, de son humour et de sa capacité d'indignation (ce qui, compte tenu de son âge, force l'admiration) ! Et tous les intervenants avant lui étaient formidables.
Désolée, je suis complètement hors sujet, là... Un petit mail aurait sans doute mieux fait l'affaire...

Bises !

Écrit par : Flo Py | 23/01/2008

Salut Charançon,

Sont jolis tes paysages.

Mais si il n'y a personne sur ces plages, n'est-ce pas qu'elles sont infestés de puces de sables qui te font des piqures larges come des pièces (si tu es un peu sensible au venin) ?

Paradis imaginaires ...

Mais où vivent des gens merveilleux.

A mon avis, il te faudra environ trois semaines pour complètement atterrir psychologiquement d'un tel décalage d'avec notre "paradis" économique.
Et pourquoi ils sont tous pressés ici, hein ?

Arf!

Zgur

Écrit par : Zgur | 24/01/2008

Trois mois que je lis vos billets en loucedé......
Ainsi que ceux de Flopy...
C'est une drogue, maintenant...
Moi, c'est pas Mayotte, mais en Mauritanie que je suis allée goûter l'ailleurs fin décembre...
Eh oui, le pays dont on ne parlait jamais et où plus personne ne veut aller !
C'est en y allant qu'on mesure l'ampleur de la désinformation.
En tous cas ,ça fait vraiment du bien de vous retrouver !!!!

Écrit par : paula | 24/01/2008

Voilà à peine douze ans, la France et le reste du monde sont indifférents aux conséquences de l’immigration clandestine entre les îles de Mayotte et d’Anjouan. Un drame humain sans précédent, accentué par la traversée clandestine de 70km de côtes séparant l’ile de Mayotte, collectivité départementale française et l’Union des Comores. Plus de 4500 morts !

Signons la pétition pour dire NON à la traversée de la mort : www.stop-kwassa.org.

STOP KWASSA !
Collectif des jeunes franco-comoriens contre la traversée de la mort.

Écrit par : stop-kwassa.org | 24/01/2008

@ Flo Py : hors-sujet ? Pas un poil. Au contraire, même : ce bref compte-rendu me semble on ne peut plus bienvenu, puisqu'il montre qu'il y a encore des intellectuels qui n'ont pas lâché l'affaire et pointent sans relâche les travers du régime sarkozyste. Merci (t'as même réussi à me faire regretter de ne pas m'être bougé les fesses pour y assister).

@ Zgur : coucou.
Des puces ? Pas la moindre. Le seul truc qui m'a piqué, c'est une boufée de remords, à la pensée de ceux qui passaient ce début de mois de janvier dans le morne climat de la métropole... eheh : :-)

"il te faudra environ trois semaines pour complètement atterrir psychologiquement d'un tel décalage"
J'espère que ce ne sera pas aussi long. Mais c'est vrai que là, j'ai un peu de mal à me remettre dans le bain. D'où es billets rares et pas très consistants : je vais me reprendre.

@ Paula : merci, c'est très gentil (et en ce qui concerne Flo Py, je ne dirai qu'une chose : vous avez fort bon goût, décidément).

En tout cas, vous avez la fibre plus aventureuse que moi : je ne sais pas si je me serais senti très rassuré à l'idée de m'envoler pour la Mauritanie. Et j'aurais eu tort à l'évience : c'était vraiment génial ?

@ Stop-kwassa : j'ai eau être très sceptique sur l'efficacité des pétitions en ligne, je ne peux que m'incliner devant la votre. Bon courage.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 24/01/2008

Ta photo du gamin avec les CRS est franchement hallucinante !

Écrit par : jide | 24/01/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu