Avertir le modérateur

20/03/2008

Eh, Princen, mon pote : je t'ai facilité le boulot. Pour la diffamation, y a plus qu'à se baisser, mon grand. Fais-toi plaisir…

 

 

70aaf3b541c22faa52dcf3a3850d336a.jpg

 

 

Hé Nicolas !

Oui : toi, Princen, mon poteau. 

(Tu permets que je te tutoie, n'est-ce pas ?)

(Maintenant qu'on fréquente les mêmes terres blouguesques, hein…)

(C'est comme si on était ami, non ?)

 

5d3b0e11d85690274c2c10e3740cae93.jpg

 

 

Donc : hé Nicolas ! 

Toi, le glorieux shériff du web sarkozyste.

J'ai une bonne nouvelle pour toi.

Empressé que je suis de te faciliter les choses et de te prêter main-forte.

Et conscient que tu auras besoin de soutien pour réaliser la jolie mission qui t'a été confiée. 

Tant il n'est pas facile pour un seul homme, fut-il diplômé de HEC, de contrôler l'ensemble du web français.

Bref : je vais t'aider.

 


Comment je compte m'y prendre ?

Oh : pas en dénonçant mes petits camarades qui manquent de respect à notre prestigieux guide à talonnettes. 

(Et pourtant, j'en connais un paquet…)

Ni en te livrant sur un plateau les billets anti-sarko les plus évidemment attentoires à la dignité du chef de l'Etat.

(Et pourtant, j'ai en stock un max d'URL qui pourraient t'intéresser…)   

Non : je vais me contenter de commettre, sous tes yeux embués de reconnaissance, quelques évidentes infractions.

Injures ciblées et diffamatoires que tu pourras rapporter à ton patron, la truffe fièrement levée et le poil luisant.

Oui : ici.

(Si, si…) 

Oui : tout de suite.

(Si, si…) 

Oui : à l'instant.  

(Si, si…) 

 

0486be565e08460125e33f31d408f4bf.jpg

 

 

(Si c'est pas du teasing, ça…) 

 

Donc.

(Accrochez-vous, les aminches)

Juste pour toi, Nicolas.

Je n'hésite pas à l'écrire haut et fort :

 

Nadine Morano n'est qu'une quiche sans cervelle.

Et imaginer qu'une femme aussi vulgaire puisse devenir secrétaire d'Etat est une si vibrante insulte à l'intelligence.

Qu'elle devrait suffire à faire descendre tous les citoyens de bonne volonté dans la rue.

Indignés que cette poissonnière sans talent puisse prétendre les représenter ou les diriger. 

 

Eheh…

Alors, qu'est-ce que tu en dis, Nico ?

Oui, je sais : ce n'est pas mal.

De l'injure franche et gratuite, de quoi remplir tes bons offices de rapporteur.

Mais pour toi, mon poteau, j'ai mieux.

Lis-moi ça :

 

Yves Jégo n'est qu'un poireau sans scrupules ni conscience.

Et imaginer qu'un homme aussi méprisant et procédurier envers les blougueurs qui lui manquent de respect puisse devenir secrétaire d'Etat est une non moins vibrante insulte à l'intelligence des citoyens.

Même s'il faut avouer que cette nomination a au moins un avantage : les fonctionnaires du secrétariat d'Etat à l'Outre-mer ne risquent pas d'être dépaysés.

Tant Estrosi et Jégo ont au moins un point commun, celui d'afficher sans honte une même bêtise crasse.  


Eheh…

Je sens que ça commence à t'intéresser, mon petit Nico.

Et à titiller ta fibre de premier de la classe désireux de se faire bien voir du principal en chef.

C'est un brin gras.

C'est un chouïa vulgaire. 

Et c'est si franchement diffamatoire que nul ne pourra réellement l'excuser.

Bref : c'est le cas idéal pour que tu puisses commencer à te faire les dents.  

Même si, pour être bien sûr que tu ne sois pas déçu, je vais en rajouter une dernière couche. 

Lis-moi ça :

 

Nicolas Princen n'est qu'un triste corniaud sans envergure.

Jeune homme qui, s'il n'était né en nos bonnes terres franchouillardes, aurait pu faire une jolie carrière dans l'Empire du midi. 

Chez ceux-là même qui savent si bien contrôler ce qui se dit sur le web. 

Et punir comme ils le méritent les naïfs qui osent revendiquer la liberté d'expression. 

 

 

Eheh…

Ça te va, Nico, mon poteau ?

Oui ?

Je pense aussi : c'est largement suffisant.

Ne me remercie pas, je suis content d'avoir pu te rendre service.

Et j'en profite pour te souhaiter une longue et belle carrière.

A bientôt, mon grand.

 

c58b87d845bf844445d764836cdae6a7.jpg

 

 

 

PS :  pour ma longue absence sans un signe de vie, je ne peux que présenter mes plus plates excuses.

Et très sincèrement remercier Françoise, Dominique, Flo Py et Skalpa pour leur sollicitude : cela me va droit au coeur.

(Bien la première fois que l'évocation d'une pétition m'a réellement touché…)

Donc : merci beaucoup, vraiment. 

 

Ce bloug va reprendre un peu vie.

Mais devrait continuer à tourner au ralenti pendant trois ou quatre semaines.

Le temps de peaufiner, avec le fraternel tenancier de l'Observatoire du Kitsch et quelques autres rares bonnes volontés, un projet de site alternatif.

Objet mal identifié à la frontière du bloug et de la revue.

Et qui devrait notamment héberger des billets charançonnesque. 

Voilà : à plus, les aminches.  

 

07/03/2008

Le soleil brille, le ciel est bleu, les oiseaux chantent et le chômage ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Ben quoi ? Demain, on rase gratis…

 

e2bcae66070eefe9cfb0d2f64ca979db.jpg

 

 

 

Ouf !

La bonne nouvelle !

La boonnne nnoouuveeellleeee !

(Quand même…)

 

Tenez : j'en suis tout regaillardi.

Guilleret à bloc.

Et joyeux tout plein.

Tant cette annonce présidentielle m'a fait plaisir.

Et m'a rassuré sur la capacité de la France à affronter les grands enjeux économiques et financiers de ce monde globalisé qui fait rien tant que nous poser des problèmes.

 

Alors…

Les plus sceptiques auraient beau jeu de lier cette grandiose proclamation à la proximité des municipales.

Evidemment…

Et ils feront comme d'habitude.

Mettant en cause la sincérité du petit monier.

Et l'accusant de grossière manipulation.

Les salauds…

 

Mais il ne sera pas dit que je participerai à cette curée de mauvaise foi.

Ni que je me prêterai au petit jeu malsain de cette gauche qui fait rien tant que multiplier les "atteintes à la démocratie".

Et ne sait rien dire d'autre que son éternel "discours de la revanche".

Foin de ces attaques malvenues.

J'ai décidé de ne pas bouder mon plaisir.

Et de prendre les heureuses nouvelles pour argent comptant.


Bref : si le très petit père du peuple me promet que demain on rase gratis, je ne discute plus.

Je prépare juste mon blaireau préféré et ma bombe de mousse à raser pour en profiter.

 

9cd81ea9d3efdd36f39f00fb9e60fd34.jpg

 

 

Et si le même me garantit une magnifique embellie sur le front de l'emploi, assurant que "nous aurons prochainement des chiffres qui montreront une baisse sans précédent du chômage dans notre pays", je ne discute pas davantage.

Battant juste des mains, un sourire niais aux lèvres et les yeux émerveillés.

Tel le ravi de la crèche moyen.

 

ab636f3219df2f3adb8fa6be90d5de8c.jpg

 

 

Et je me contenterai de répéter, encore et encore :

 

Ouf !

La bonne nouvelle !

La boonnne nnoouuveeellleeee !

(Quand même…)

 

 

PS : cet optimisme bienvenu du chef de l'Etat me fait penser à ce bref passage de Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits.

L'auteur, Christian Salmon, y cite l'écrivain Don DeLillo :  

"Mais si tu as besoin de te sentir à l'orée d'un merveilleux changement, que ce soit le cas ou non, la chose à faire c'est de l'annoncer aux gens. <Je m'apprête à un merveilleux changement. Je suis sur le point de faire un truc fascinant. Les fibres de tout votre être en seront électrifiées, Monsieur, quand je vous dirai ce que je me propose de faire.> L'exprimer en mots, c'est voir émerger la possibilité. Peu importe laquelle. Ne te casse pas la tête pour cela. Pour le propos de cette discussion, ce pourrait être l'escalade en montagne, dont nous parlons, ou cet ami de Jack, ce minable souvent cité qui a l'intention de traverser la Mer du Nord en nageant de la main gauche (…). L'important semble être de se sentir à l'orée de quelque chose."

Encore une fois ?

"Je suis sur le point de faire un truc fascinant. Les fibres de tout votre être en seront électrifiées, Monsieur, quand je vous dirai ce que je me propose de faire."

On s'y croirait…

 

PPS : quant à ceux qui ne pourront s'empêcher de jouer les mauvais esprits.

(Je vous connais, hein)

Ils auront tout intérêt à se reporter à cet article du Monde démontrant que les baisses successives du chômage s'expliquent d'abord par la progression du sous-emploi et du travail précaire.

Sans surprise…

 

05/03/2008

Quand les vieux barbots de la droite se mettent à causer "lutte des classes", c'est que le grand jour approche… (vieux proverbe maoïste)

 

 

"Je crois au retour de la lutte des classes. On laisse se développer un véritable prolétariat étudiant, des situations sociales très dures, et jamais le moral des Français n'avait été aussi bas. Nous allons vers une aigreur, une animosité, une irritation qui peuvent mal tourner."

 

 

99f635251de2713aee00d22189bbe697.jpg

 

 

Euh…

Ça surprend.

Surtout venant d'un sarkozyste repenti, ancien ministre et pilier du centrisme.  

Mais… bienvenu chez nous, camarade.  

 

(On ne va pas mégoter, hein…)

 

 

Ps : je sais, c'est maigrelet.

Mais je suis un peu pris par le temps.

Et il faudra encore un ou deux jours avant que ce bloug ne reprenne sa vitesse de croisière.

D'ici là : toutes mes excuses.  

03/03/2008

Tranche de vie : le retournement de veste saisi sur le vif. Ou quand un sondage donne les noms des futurs ralliés au gouvernement.

 

 

Coucou !

Vous avez de la chance.

J'ai déniché pour vous une image exceptionnelle.

Photographie très rare d'une veste qui a entamé la phase finale de son cycle de retournement. 

Patient processus qui la verra, une fois la mue terminée (soit d'ici quelques semaines), entamer une nouvelle carrière.

Bref : une photo choc.

Un vrai moment de vérité saisi sur le vif. 

Et vous avez intérêt à le savourer comme il se doit.  

Voici la bête :

 

 

403e9e2026f7ec40f1fed0c7c2a9886a.jpg

 

 

Impressionnant, hein ?

Oui.

Ça pète…

 

Quoi ?

Vous n'avez pas bien vu ?

Pas de problème, la voici à nouveau :

 

56062604d08205f1324494b0e0f9c84d.jpg

 


Toujours aussi impressionnant, n'est-ce pas ?

Oui, je trouve aussi.

Ça claque…

 

Comment ?

Vous voudriez la voir encore une fois ?

Ok, mais c'est bien parce que c'est vous.

Profitez-en bien :

 

00010217261580fd972e22002a5a4b4a.jpg

 

 

 

 

Pardon ?

Vous en voulez encore ?

Ah non : ça commence à bien faire.

Et si vous souhaitez continuer à savourer ce phénomène de retournement de veste.

Il faudra que vous alliez dénicher vos images par vous-mêmes.

ICI, par exemple.

Ou encore ICI.  

 

Amusez-vous bien. 

 

 

PS : je sais, je ne me suis pas foulé.

Mais on est lundi.

Et le lundi, c'est servici minimi.

Alors…

 

Quant à ce sondage qu'évoque aussi Guy Birenbaum.

Il a au moins le mérite, outre d'être bidon, de poser clairement les choses.

Et d'annoncer à l'avance la couleur du prochain remaniement gouvernemental.

Jack Lang, donc.

Et Claude Allègre.

 

Pas vraiment une surprise.

Et c'est un brin dommage : les retournements de veste sont devenus aussi prévisibles que les résultats d'une élection russe. 

Plusieurs semaines avant, on connaît déjà les futurs élus.  

On parie ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu