Avertir le modérateur

03/04/2008

Grâce au capitalisme mondialisé, on est tous l'immigré de quelqu'un. Hein, Alain ?

 

 

8261c584f8528f0379b5e71956fc6f85.jpg

 

Bordel…

C'est toujours comme ça.

Tu penses être tranquille chez toi.

Peinard.

A la fraîche.

Décontracté du gland.

Et dégagé de toute obligation blouguesque pour quelques jours encore.

Et vlan !

Il tombe une info si risible.

Pathétique.

Et incroyable.

Que tu n'as d'autre choix que de réendosser le harnais.

Histoire de pousser ta petite beuglante dans le désert.

Bref : au boulot ! 

 

Ne nous leurrons pas, les aminches : c'est aussi ce qui rend notre époque si passionnante.

Cette capacité à nous surprendre.

Quand on pensait avoir tout vu.

A nous indigner.

Quand on pensait avoir touché le fond.

Et à nous réveiller.

Quand on pensait avoir tout accepté.

En un mot, cette question revient toujours, sonnant comme un réveil : diantre, mais jusqu'où iront-ils ?

Les saligauds…

 

Ainsi d'Alain Leclercq, infortuné salarié d'une petite PME lilloise et en instance de licencement. 

Ouvrier à qui son patron a gentiment proposé une alternative de reclassement. 

(Preuve qu'il en est des attentionnés, hein…)

Soit un CDI au Brésil, payé la jolie somme de 315 €.

(Oui : par mois… Mais on ne sait pas si les tickets restos sont compris.)

Ou un contrat tout aussi indéterminé en Turquie, rémunéré à hauteur de 230 €.

(Oui : par mois aussi… Mais on sait pas si le treizième mois est payé sous forme de chocolats ou de dragées fucas.)

 

94c2ce351dbb9296f3601a3e810caeba.jpg

 

 

Et ?

Ce qu'a choisi Alain, des chaudes contrées du Brésil ou des riantes plaines de la Turquie ? 

Rien.

Il n'a rien choisi, le bougre. 

L'outrecuidant père de famille a refusé.

Arguant de raisons toutes plus évasives les unes que les autres, listées dans une interview au bloug de Libé Lille.

 

Ces justifications ne sauraient faire écran : Alain est un mauvais salarié.  

Incapable de saisir les opportunités qu'on lui offre sur un plateau. 

Et assez idiot pour ne pas voir que c'était là l'occasion rêvée de découvrir d'autres façons de vivre et de travailler.

Bref : ce paresseux méritait bien de se faire licencier.

Bon débarras !

 

Au fond, ce n'est pas Alain qui m'intéresse.

(Et partant : vous non plus.)

Non plus que son patron.

(Dont il s'agit juste de savoir ce qu'on en fera, le grand soir venu : le pendre par les oreilles ou simplement émasculer le peu de virilité qu'il lui reste.)

Le vrai débat est ailleurs.

Et ne s'articule qu'autour d'une bête question de temps.

Celui qu'il nous reste avant que de tels foutages de gueule ne deviennent une règle absolue.  

Avant que les usages du capitalisme mondial le plus débridé ne président défintivement à nos destinées à tous.

Avant que patrons et actionnaires n'aient débarrassé leur conscience des maigres traces de pudeur qu'il pouvait leur rester.

Et avant que salariés indiens, français, brésiliens ou turcs ne se retrouvent une fois pour toute sacrifiés sur le même autel, celui du profit à tout prix.

En un mot : avant que nous ne devenions tous des Alain.

 

25b0987db08ef2bbe1a934c4b5801ab5.jpg

 

 

Je ne sais pas pour vous.

Mais je dirais que c'est l'affaire de quelques années.

Tout au plus…

En gros : je ne donne pas cher de notre peau.

 

Mais à quelque chose, malheur est bon.

(Si, si…)

Tant on peut espèrer qu'un jour, même nos compatriotes les plus obtus comprendront qu'ils partagent une communauté de destin avec ceux qu'ils se plaisent à considérer comme un danger ou un concurrent. 

Alors qu'ils sont juste les mêmes rameurs d'une même galère.

Et (puisqu'on parle immigration), je ne résiste pas au plaisir de vous balancer quelques lignes de L'Insurrection qui vient, bouquin du Comité Invisible paru aux éditions La Fabrique et dont je ne saurais trop chaudement vous recommander la lecture.

Donc :

"Un éclat de rire déflagrant, c'est la réponse ajustée à toutes les graves questions que se plaît à soulever l'actualité. Pour commencer par la plus rebattue : il n'y a pas de question de l'immigration. Qui grandit encore là où il est né ? Qui habite là où il a grandi ? Qui travaille là où il habite ? Qui vit là où vivaient ses ancêtres ? Et de qui sont-ils, les enfants de cette époque, de la télé ou de leurs parents ? La vérité, c'est que nous avons été arrachés en masse à toute appartenance, que nous ne sommes plus de nulle part, et qu'il résulte de cela, en même temps qu'une inédite disposition au tourisme, une véritable souffrance. Notre histoire est celle des colonisations, des migrations, des guerres, des exils, de la destruction de tous les enracinements. C'est l'histoire de tout ce qui a fait de nous des étrangers dans ce monde, des invités dans notre propre famille (…). Nous avons été expropriés de notre langue par l'enseignement, de nos chansons par la variété, de nos chairs par la pornographie de masse, de notre villes par la police, de nos amis par le salariat. A cela s'ajoute, en France, le travail féroce et séculaire d'individualisation par un pouvoir d'Etat qui note, compare, discipline et sépare ses sujets dès le plus jeune âge, qui broie par instincts les solidarités qui lui échappent afin que ne reste que la citoyenneté, la pure appartenance fantasmatique à la République. Le Français est plus que tout autre le dépossédé, le misérable. Sa haine de l'étranger se fond avec sa haine de soi comme étranger (…). Nous en sommes arrivés à ce point de privation où la seule façon de se sentir Français est de pester contre les immigrés, contre ceux qui sont plus visiblement des étrangers comme moi. Les immigrés tiennent dans ce pays une curieuse position de souveraineté : s'ils n'étaient pas là, les Français n'existeraient peut-être plus."

 

Voilà : tous enfants de rien et de nulle part.

C'est bien la seule morale positive à tirer de ce qui arrive à Alain. 

Il ne reste plus qu'à espérer que ces salopards qui composent l'opinion finissent un jour par le comprendre.

 

Et puisqu'il faut bien les y aider : 

5c5142b672a460fd3c71da471b4513ee.jpg

 

PS : ceux qui aiment manifester au son de la tekno devraient être enchantés de savoir que des sons participeront à la manifestation.

Histoire de danser pour une bonne cause.

 

a7ed31f243d96dc240a96e28276414aa.jpg

 

 

PPS : au fait, les aminches : coucou à tous !

Commentaires

Bonjour Charançon, heureux d'avoir de tes nouvelles ... portes-toi bien!
Bravo pour ton billet, excelent comme d'habitude!

Écrit par : Jean-Marie Belgique | 03/04/2008

Et vu que ces mêmes travailleurs d'ailleurs osent à leur tour descendre dans la rue pour demander des augmentations de salaire - on se demande pourquoi... :), les délocalisations vont se poursuivre de plus en plus loin... mais jusqu'où ? La lune, ou Jupiter ?

Écrit par : domi | 03/04/2008

J'ai lu l'insurrection qui vient, et le moins que je puisse dire c'est que ces gars ne proposent rien d'autre qu'une pseudo guerre civile permanente, sans autre justification qu'elle même et le plaisir defoulatoire de casser du flic et de l'Autorité (ce en quoi je ne peux pas leur donner tort).
Bref, j'ai commence la lecture avec un bon a priori, mais ni le fond ni la forme ne dépasse le petit essai colérique.

Pour en lire plus la dessus:

http://www.teleologie.org/TO/turnover/07_insurrection_qui_vient.htm

dont je tire un extrait, en guise de conclusion:

"Le phénomène de ce petit ouvrage est étrange, parce qu'il est à la
fois familier et étranger à chacun. C'est une flèche qui ne se trompe
pas de direction. Elle est tirée avec force, mais sans portée. Elle se
termine à nos pieds ou dans un nuage, dans le trop court et dans le
trop vague, tant l'insurrection finale paraît absurde et peu
souhaitable, à nous-mêmes qui souhaitons des insurrections."

Écrit par : jide | 03/04/2008

Charançpn se fait rare mais ne perd rien en qualité!
Entendue l'info à la radio en allant au boulot,
sur le coup interloqué puis fatigue aidant (ainsi que boulot!) oublié.
Merci de me la rappeler sous cette forme.

Big up and see ya!

Écrit par : skalpa | 04/04/2008

Hey hey,
content de voir que les saloperies de l'actualité te sortent de ta léthargie charançonienne (qu'on mette ça au crédit d'Alain, au moins...)
et content de te voir de retour aux manettes et en grande forme.
si c'est comme ça, je vais devoir me remettre aussi à l'assiduité blougesque. Ou pas...

Pour paraphraser Skalpa, "big up" la blatte
et autres considérations amicales

Ps: euh, les mecs qui ont fait le flyer pour la manif de son, y sont contents d'eux tu penses ?
Pps: n'oublies pas que tu dois manif. pour 2. Ca implique 2x fois plus de provisions de rosé, sois prévoyant (par contre, pas de drapeaux français déployés dans un cortège de la CNT, s'il te plait, ça fait mauvais genre...)

Écrit par : Lémi | 04/04/2008

Billet d'une bonne, très bonne cuvée, comme d'hab Bon si je comprend bien nous serons, au moins, quelques uns d'ici à être présent demain à la manif.
Alors à demain pour de nouvelles aventures !

Écrit par : henri | 04/04/2008

@ Jean-Marie : tout le plaisir est pour moi.
(Et merci beaucoup)

@ Domi : pour peu que les conditions de travail soient encore plus pourries sur Jupiter, nul doute qu'on ira jusqu'à là.

Et c'est bien pour ça qu'il faut demander la Lune :-)

@ Jide : on est d'accord sur L'Insurrection qui vient. Un petit essai colérique. Mais qui fait un bien fou.
(Des fois, j'aime bien les gueuleurs patentés, acharnés à dire non, non et encore non)

Et pour rejoindre Lémi, qui m'a refilé le bouquin, le ton est servi par une écriture très efficace. Dans la forme, l'ensemble est bien tourné.

Merci pour le lien : vachement bien. Comme le reste du site, d'ailleurs.

@ Skalpa : salut poteau !

Content si ça te plait. Et tout autant de voir que, pendant que certains se tournent les pouces, d'autres ne lachent rien. Pour paraphraser Lémi te paraphrasant : big up à toi.

@ Lémi : eheh, je vais guetter ton bloug : j'attends le même retour de flamme de l'ONK. Pour le retour de la forme, Stupeflip a définitivement raison : depuis que… blabla…

Considérations toutes aussi amicales et toussa-toussa.

Ps : on est d'accord, le fly est hideux (et encore, t'as pas vu celui de la free qui doit suivre : encore 10 fois plus moche… sans déconner…).

Pps : oh, l'autre, de qui elle était l'idée de ce fichu drapeau volé… hein ?
(Pour la présence et le rosé en ton nom, t'inquiète : c'est prévu.)

@ Henri : merci, c'est cool. :-)

Et à demain, donc. En espérant qu'aventures il y ait.

Écrit par : Le Charançon Libéré | 04/04/2008

Hallucinant cette histoire, on dirait un sketch, mais non, not at all, c'est la nouvelle réalité, bien cynique et puante à donf.
Pour la manif, j'en serai, rdv sur le parvis de la mairie de St Denis à 14 H pour ceux du neuf trois, on va y aller groupir, zarma !

Écrit par : Natali | 04/04/2008

M'est gourrée, le rencard à St Denis c'est à 13 h.

Écrit par : Natali | 04/04/2008

Oh ! cela me rappelle cette affaire un tout petit peu ancienne, on remplace le Nord par l'Alsace et le Brésil par la Roumanie :
http://ecolesdifferentes.free.fr/EUDELOC.htm
Tiens ! dans le cadre de la rigueur budgétaire, est-ce que l'on ne pourrait pas aussi délocaliser toute l'administration française en Chine ?

Écrit par : Dominique | 04/04/2008

Alors qu'on supprime plein de profs, pardon de postes de profs, est-il bien raisonnable de la part d'Alain de refuser à ses trois enfants la chance inespérée d'apprendre l'espagnol par immersion ? Franchement, je vous le demande...

Bises et bonne soirée à tous

Écrit par : Flo Py | 05/04/2008

Ben quoi, qu'est-ce que vous avez tous à râler, puisqu'on vous dit que c'est la loi, hein ?


J'en pleurerai tiens, trop c'est trop. Merci Charançon de faire savoir ce genre d'horreur (je reprendrai l'info). Il y a les quotas "d'immigration choisie", quels sont les quotas "d'émigration imposée" ?

On s'étonnera après que les gens se mettent vraiment en colère...

Écrit par : Françoise | 05/04/2008

Il y avait eu une affaire de ce genre, il y a un an ou deux, je crois. Une entreprise avait fermé se portes, puis devant la grogne des ex-employés leur avait charitablement proposé les mêmes postes en Roumanie, pour un salaire... roumain, qui apparemment ne convient même pas aux Roumains, ces vilains raleurs. Une misère de 137 euros par mois, je crois.

Écrit par : Redolegna | 05/04/2008

Redolegna, lisez mon lien. L'affaire y est, on a plus ensuite en gouglant avec les indications qui sont dedans.

Écrit par : Dominique | 05/04/2008

M'apprêtais à laisser un commentaire sur ce flyer tout bonnement stupéfiant (tu crois que c'est le même mec qui fait les calendriers "la prière du chien" au Mont Saint Michel?), et vois qu'Emil a déjà frappé.
Ca me réjouit, cette rencontre des esprits au plus haut de l'absurde...

Écrit par : Alexandra | 12/04/2008

norhing new there
ben je repasserais
see ya!

Écrit par : skalpa | 21/04/2008

Bouhou ! Nan mais là, c'est plus une absence, c'est de l'abandon !!!
Ben, je repasserai aussi.
Plein de bises !

Écrit par : Flo Py | 24/04/2008

Flo Py> Tu sais, avec l'immersion en baignoire , l'Espagnol tu l'apprends en trois mois (même moins). Ça marche aussi pour un tas d'autre langues et ça diminue les besoins en personnel ! ;P

Après ces c...ries, un peu de sérieux :

À toutes les forces occultes® >

LI-BÉ-RER le charançon -- LI-BÉ-RER le charançon -- LI-BÉ-RER le charançon --
LI-BÉ-RER le charançon -- LI-BÉ-RER le charançon -- LI-BÉ-RER le charançon...

Écrit par : furax | 29/04/2008

Dis donc Charançon... tu nous manques là...

D'autant plus qu'on ne se marre pas tous les jours.

Écrit par : Kokolat | 30/04/2008

Ce n'est plus de l'abandon, c'est de la disparition...

http://www.futura-sciences.com/uploads/tx_oxcsfutura/img/homme_invisible.JPG

Écrit par : Françoise | 30/04/2008

"Dis-pa-ruuuu, il a dis-pa-ru, on l'a jamais revu"
Ouais, je sais, on n'est pas à l'Observatoire du Kitsch ici, mais bon, faut jamais perdre une bonne occasion de citer Jean-Pierre Madère.

Charançon, tu manques grave.

Écrit par : Flo Py | 05/05/2008

Les escouades Hortefiques ont elles expulsé notre ami Charançon en représailles à ce texte ?

Ou s'agit-il simplement d'une période de jeûne bloguesque en raison de suractivité collatérale ?

A moins que l'Amûr, toujours l'Amûûr pour une jeune pop ...

Mwaaarf !


Allez, Reviens, Charançon, Reviens !

Zgur

Écrit par : Zgur | 06/05/2008

Qu'êtes-vous devenu ? Je commence à m'ennuyer...

Revenez-nous vite !

Écrit par : Pierre G. | 07/05/2008

Y a quelq'un qu'un qu'un un un un?
Ben à part nicolas
(http://images3.hiboox.com/images/1208/xr79bb51.jpg)
je vois pas
charançon parti?

Écrit par : skalpa | 11/05/2008

ps vrai lien

http://images3.hiboox.com/images/1208/xr79bb51.jpg

mais toujours rien!

Écrit par : skalpa | 16/05/2008

Agenouillé dans la neige, pieds nus et grelottant, j'implore ton retour... :-)

Écrit par : orphelin | 21/05/2008

Eh, Charançon

Tu nous donneras des nouvelles d'Ingrid !

Et combien pour ta rançon ?

Arf!

Zgur

Écrit par : Zgur | 21/05/2008

Juste un snif supplémentaire :

SnIIIIIfff, reviens charençon...

Earane

Écrit par : Earane | 27/05/2008

J'ajoute mon "snIIIfff " à celui du commentaire précédent. Je passe tous les jours - en vain -

Écrit par : dan | 31/05/2008

Et moi t'aussi....pas gentil Charençon !

Écrit par : Gitana | 01/06/2008

Hé bien Charançon...
J'ai commencé une collecte pour ta rançon.
Je propose aussi une manifestation... des volontaires?
A bientôt j'espère...

Eloxil

Écrit par : eloxil | 02/06/2008

eloxil


Suis volontaire ;o))

Écrit par : dan | 05/06/2008

Libérez Charançon !

Écrit par : leveto | 05/06/2008

Ben alors ?

Écrit par : Olivier B. | 08/06/2008

Nous vous attendons toujours... Allez, pour vous donner envie d'écrire un nouveau post féroce, voici une annonce qui vous scandalisera pleinement : je rentre... au séminaire !

Si ça ne vous fait pas sortir de votre trou, je jette l'éponge.

Faites attention Charençon, un lectorat est lent à constituer et rapide à perdre : ne tardez pas.

Bien à vous,

Pierre G.

Écrit par : Pierre G. | 10/06/2008

Si tu n'écris plus, nous ne te lirons plus !

Écrit par : Gilles | 12/06/2008

Personne... Je repasserai plus tard. Une fois de plus.

Écrit par : Dominique | 13/06/2008

Personne... Je repasserai plus tard. Une fois de plus.

Ecrit par : Dominique | 13.06.2008

pareil!

Écrit par : skalpa | 15/06/2008

Je peine à croire que toutes les saloperies qu'on nous inflige en ce moment vous laissent sans réaction, monsieur le Charançon…

Écrit par : Dorémi | 23/06/2008

A muerto el charancon ?

Écrit par : Melitta | 24/06/2008

Fais-moi savoir si tu reprends ton blog que je le référence à ma nouvelle adresse.

Écrit par : Olivier B. | 28/06/2008

A muerto el charancon ?
Ecrit par : Melitta | 24.06.2008


Monsanto ! Monsanto !
Le peuple aura ta peau !

Écrit par : leveto | 28/06/2008

Tiens ? Une censure , ici ?, serait -ce possible ?
Bis:
« A muerto el charancon ?

Ecrit par : Melitta | 24.06.2008»


Monsanto! Monsanto!
Le peuple aura ta peau !

Écrit par : leveto | 28/06/2008

Ah ! Bon ! Ce n'était donc qu'un bug ...

Écrit par : leveto | 28/06/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu